En raison d'un grand nombre d'appels, nous vous recommandons de nous contacter par mail ou via votre Espace Client. Merci de votre compréhension.
Menu
Aide

Gastro-entérite d’origine bactérienne : surveillez vos aliments

Ce type de gastro-entérite est moins connu et pourtant tout aussi fréquent. Sachez qu’un grand nombre de bactéries responsables de gastro-entérites sont présents dans certains aliments, particulièrement les oeufs, les huîtres, les viandes hachées, les volailles, et même l’eau !

Pas question de s’abstenir de manger ces aliments, voici quelques règles simples pour éviter l’intoxication alimentaire :

 

Gastro-entérite virale : les précautions pour éviter la contamination

L’épidémie de gastro-entérite d’origine virale se déclare généralement en fin d’année. Ce type de gastro-entérite se transmet par la salive, les mains ou les selles. Les bébés sont particulièrement touchés car ils portent fréquemment leurs mains à la bouche.

Voici les précautions à prendre pour éviter que toute la famille ne soit clouée au lit :

Et en prévention ?

Depuis 2006, deux vaccins sont commercialisés en France et visent à lutter contre les infections au rotavirus. Cependant, ils sont réservés aux bébés de moins de 6 mois et doivent être administrés en plusieurs fois. Ceux ne sont pas des vaccins obligatoires. Les parents peuvent le demander à leur médecin traitant.

Toutefois, la meilleure prévention reste de booster son système immunitaire et sa flore intestinale. Pour cela, une alimentation variée et de saison est essentielle. Les fruits et légumes seront votre allier pour vous apporter les vitamines et minéraux, essentiels en cette période hivernale. Misez sur les brocolis cuits, les radis noirs crus, les oranges ou citrons frais ainsi que les kiwis ! La banane ou les fruits secs regorgent également de magnésium. Des compléments alimentaires pourront vous aider à booster vos défenses immunitaires, parlez en à un professionnel de santé.

Pourquoi souscrire une mutuelle dentaire ?

Une des principales causes de souscription d’une assurance santé complémentaire est la faible prise en charge des frais dentaires par la sécurité sociale. Alors que la note peut être salée!
D’une manière générale, les soins dentaires sont seulement remboursés à hauteur de 70 % de la base de remboursement de la Sécurité Sociale : c’est le cas des soins courants (caries, détartrage), des prothèses dentaires, ou de l’orthodontie enfant. Cependant, d’autres soins comme l’implantologie, ou encore la parodontologie ne sont pas du tout pris en charge par la Sécurité Sociale. C’est là que les complémentaires santé interviennent pour soulager la facture.
Avec la réforme du 100% santé, votre reste à charge devrait être réduit, tout dépend encore du choix des matériaux ou de la position de la dent à soigner. Votre dentiste doit vous proposer plusieurs devis, dont un sans reste à charge.

Un conseil : faites régulièrement des visites de contrôle chez le dentiste. Ainsi, vous éviterez les mauvaises surprises liées à un mauvaise hygiène bucco-dentaire, et aurez moins de soins spécifiques à effectuer.

Comment bien choisir sa mutuelle ?

Lisez attentivement votre contrat d’assurance santé pour connaitre les taux de remboursements des consultations et des soins dentaires sur les divers postes. N’oubliez pas de vérifier particulièrement le niveau des remboursements pris en charge pour les prothèses dentaires et les frais d’orthodontie. Ces postes de dépenses santé peuvent parfois coûter très cher. Votre enfant nécessite des semestres d’orthodontie? c’est le moment de choisir un contrat particulièrement adapté avec une bonne prise en charge.

En utilisant notre comparateur d’assurances en ligne, vous obtenez des devis personnalisés spécialement pour vous. Vous pouvez aussi être rappelé par un de nos conseiller. Ce sont des experts en mutuelle santé et ils sauront vous aider à choisir la meilleure offre.

Quelles sont les informations à renseigner sur le formulaire ?

Sur ce formulaire de simulation de devis de complémentaire santé, vous devrez indiquer vos besoins en matière dentaire.
Une fois que vous aurez répondu aux différentes questions, notre comparateur de mutuelle sélectionnera les meilleures offres en fonction de votre budget et de vos besoins de santé.

D’une manière générale, votre contrat de complémentaire santé va compléter le remboursement de la Sécurité Sociale, et prévoir une prise en charge d’au minimum 100% du tarif de convention (BRSS). Des contrats plus couvrants prévoient un remboursement jusqu’à 400% voire plus du tarif sécu et ainsi couvrir les dépassements d’honoraires. Toutefois, certains soins ne sont pas du tout pris en charge par le régime d’assurance maladie; dans ces cas précis, un contrat de complémentaire santé est votre seule chance de réduire votre reste à charge et de vous éviter des complications financières.

Les postes de santé les plus fréquents sont l’hospitalisation, les soins courants, l’optique, le dentaire, l’auditif et le bien-être. Voyons dans le détail à quel niveau intervient votre mutuelle sur les deux premiers postes.

Hospitalisation : à quels frais s’attendre ? 

Lors d’une hospitalisation, vous êtes facturé d’un forfait hospitalier, ainsi que des frais d’hospitalisation. Le forfait hospitalier, qui correspondant à la participation aux frais d’entretien et d’hébergement, n’est pas pris en charge par la SS. Les frais de séjour et les honoraires des anesthésistes et chirurgiens sont quant à eux pris en charge à 80% par votre régime d’assurance maladie. 

Depuis 2018, son montant est fixé à 20€ par jour en hôpital ou clinique et à 15€ en service psychiatrique. Il ne donne lieu à aucune prise en charge par la Sécurité sociale. Les organismes de complémentaires santé incluent quasiment systématiquement son remboursement dans leur formule. C’est d’ailleurs une obligation pour les contrats dits responsables. 

Les frais d’hospitalisation concernent tous les frais liés aux soins donnés aux patients : actes médicaux, médicaments, appareils médicaux, mais également les frais de fonctionnement de l’établissement dont la rémunération du personnel soignant. Ils sont remboursés à hauteur de 80% par l’assurance maladie. 

Dans certains cas spécifiques, la prise en charge de la SS est de 100%, par exemple lorsque l’hospitalisation a lieu dans le cadre d’une grossesse dès le 6ème mois, ou encore pour les bénéficiaires de la CMU-C. 

Dans la majeure partie des cas, le patient prend donc à sa charge 20% des dépenses liées à son hospitalisation, ce qui peut représenter une charge financière lourde, surtout si le séjour dure plusieurs jours. Là encore, votre organisme de complémentaire santé soulagera vos dépenses en remboursant le ticket modérateur. 

En établissement privé, les dépassements d’honoraires des spécialistes, chirurgiens et anesthésistes sont courants. Même à l’hôpital, près de 50% des médecins sont de secteur 2 et donc autorisés à pratiquer des dépassements d’honoraires lorsqu’ils exercent dans le cadre libéral. Les dépassements d’honoraires sont aussi liés à la situation géographique, les médecins parisiens sont les plus onéreux. Une chirurgie de la cataracte ou la pose d’une prothèse de hanche peut donc vous laisser un reste à charge important, qu’il faut anticiper avant l’opération. Votre contrat de complémentaire santé, s’il prévoit un remboursement au-delà de 100% de la BRSS, viendra compléter le surcoût lié à ces dépassements.

Vous préférez vous reposer dans une chambre seule après une hospitalisation? La chambre individuelle n’est pas non plus remboursée par la Sécurité sociale. Elle vous sera facturée si vous la demandez explicitement. Notez que le coût moyen d’une chambre particulière est de 60€ dans les hôpitaux publics, et peut atteindre le double en établissement privé. Non négligeable en cas de séjour de plusieurs nuits. Si la chambre particulière est un critère important pour vous, prévoyez dans votre contrat complémentaire santé la prise en charge de celle-ci. Les mutuelles prévoient un forfait par jour pouvant couvrir tout ou partie de cette dépense.

Certains contrats prévoient également le remboursement des frais de télévision, de presse et les frais pour les accompagnants (lit et repas). 

Vous l’aurez compris, une hospitalisation coûte très cher. Les 5% des français qui ne sont pas couverts par un contrat de complémentaire santé s’expose à un risque financier important, car même si leur santé est excellente, un accident peut survenir et nécessiter des soins hospitaliers conséquents. Certaines mutuelles proposent dans ce sens des contrats limités uniquement aux frais d’hospitalisation. 

MUTUELLE HOSPITALISATION

Les soins courants : des frais non négligeables à anticiper

Vous n’allez jamais chez le médecin, ne souffrez d’aucune pathologie ou ne suivez aucun traitement? Vous pouvez probablement vous passer de votre complémentaire santé sur le poste des soins courants. A l’inverse, dès que vos besoins se font plus fréquents, la prise en charge du ticket modérateur ou d’éventuels dépassements d’honoraires par votre mutuelle devient indispensable.

Les soins courants incluent les honoraires médicaux lors d’une consultation chez votre généraliste ou spécialiste. S’il relève du secteur 1, pas de mauvaise surprise, le praticien s’engage à ne pas dépasser le tarif Sécu. La sécurité sociale prend en charge 70% de la consultation, les 30% restants à votre charge ou à celle de votre complémentaire santé.

En secteur 2, ce n’est plus le cas, puisque le médecin pratique des honoraires libres. 

Les examens de laboratoire, analyses, et actes de biologie sont quant à eux pris en charge à 60% par la SS. Il en va de même pour les honoraires paramédicaux (infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes…) qui peuvent d’autant plus pratiquer des dépassements d’honoraires. Idem pour les actes d’imagerie médicale (radios, scanners, échographie…), pris en charge à 70% par la SS, et pouvant dépasser le tarif sécu. 

Enfin, le matériel médical, comme une prothèse ou des semelles orthopédiques, sont partiellement remboursés par la Sécurité sociale et complétés par votre complémentaire santé.

Au cumul, l’intervention de votre mutuelle peut s’avérer élevée et vous éviter des dépenses non prévues. Ne négligez donc pas l’impact des soins courants au quotidien.

La procédure de demande de prise en charge

La prise en charge de votre mutuelle varie en fonction des soins, du médecin consulté, du types d’actes médicaux effectués, des médicaments. Décryptage PRISE EN CHARGE MUTUELLE

La prise en charge des postes optique, dentaire et audio

Vous allez régulièrement chez le dentiste pour des consultations ou des soins ? La sécurité sociale vous rembourse efficacement certains soins. Avoir une mutuelle n’est toutefois pas superflu. Nous vous donnons quelques conseils pour bien la choisir. MUTUELLE DENTAIRE

Vous avez besoin de lunettes ou de lentilles? On fait le point avec vous pour décrocher le meilleur contrat de mutuelle. MUTUELLE OPTIQUE

Un besoin d’appareillage auditif se fait ressentir? la prise en charge partielle ou intégrale du reste à charge peut vous soulager financièrement MUTUELLE AUDIO

 

Ce que l’Assurance Maladie prend en charge

POUR ELLE

L’ensemble de ces contraceptifs est remboursé à hauteur de 65% du prix d’achat par la Sécurité sociale :

Pour vous orienter dans le choix d’un contraceptif, parlez-en à votre gynécologue. En fonction de votre vie sexuelle, vos caractéristiques physiques (âge, poids, fumeuse) et vos souhaits il pourra vous guider.

Le remboursement de votre contraceptif peut aussi vous aider dans votre prise de décision. Attention cependant, l’Assurance maladie dérembourse certains de ces contraceptifs et surtout les pilules dites de 3e et 4e générations. Le tableau, ci-dessous, vous donne la liste de celles qui sont prises en charge depuis le 31 mars 2013. Vous ne retrouvez pas le nom de votre pilule? Son appellation peut être différente si c’est un médicament générique. Renseignez-vous auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

Pilule de 1ère génération
Triella
Pilules de 2e génération
Adépal, Amarance, Daily, Evanecia, Leeloo, Lovavulo, Ludéal, Minidril, Optidril, Optilova, Pacilia, Stédiril, Trinordiol, Zikiale
Pilules de 3e génération
Carlin, Désobel, Efezial, Varnoline Continu
Tableau de remboursement de la pilule contraceptive

POUR LUI

La vasectomie est remboursée à 80%. Deux marques de préservatif masculin en latex sont remboursées à hauteur de 60% du prix d’achat sur ordonnance d’une médecin ou d’une sage-femme : « Eden » et « Sortez couverts !».

En revanche, la méthode du retrait avant l’éjaculation est fortement déconseillée. Le liquide pré-séminale comporte des spermatozoïdes en quantité suffisante pour féconder l’ovocyte.

Pour la contraception thermale ou hormonale, tournez-vous vers votre complémentaire santé.

Ce que l’Assurance Maladie ne prend pas en charge

Vous préférez utiliser un préservatif féminin ? Il est à vos frais. Tout comme le patch contraceptif, l’anneau ou les spermicides. Ils sont disponibles en pharmacie. La cape-cervicale et l’anneau vaginal sont délivrés sur ordonnance de votre médecin ou d’une une sage-femme.

Moyen de contraception Prix
Patch contraceptif 15 € / mois
Anneau vaginal 16 € / mois
Cape cervicale 5 € / mois
Préservatifs masculins (hors Eden et « Sortez couverts! ») 0,56 € le préservatif
Préservatif féminin 8,70 € la boîte de 3
Spermicide 7 à 19 € le tube
Pilules non remboursées Entre 1,88 et 14 € / mois

La contraception gratuite pour les mineures de 15 ans et plus

Vous êtes une jeune fille entre 15 et 18 ans ? Depuis 2020 vous bénéficiez de consultations médicales et d’examens biologiques, liés à la prescription d’une contraception, gratuits. La délivrance d’un contraceptif prescrit par un médecin ou une sage-femme est elle aussi gratuite. Vous souhaitez que cela reste secret ? Signalez-le et rien n’apparaîtra sur le relevé de remboursement reçu par vos parents. Il en va du respect du secret médical.

Le planning familial peut vous aider dans ces démarches.

Mutuelle : trouvez la bonne formule

Un bon niveau de remboursement en pharmacie

Vous utilisez un moyen de contraception pris en charge par la Sécurité sociale ? La plupart des mutuelles classe la contraception dans la catégorie des médicaments. Une mutuelle qui rembourse 100% de la Base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS) est amplement suffisante. Avec ce niveau, vous n’avez plus aucun reste à charge. Vous payez seulement une franchise médicale de 50 centimes par boîte.

Un forfait complémentaire pour la contraception non remboursée

Votre contraception est à vos frais? Des mutuelles proposent des forfaits annuels pour vos besoins. Selon les complémentaires santé, le système n’est pas le même :

Message préventif :

Besoin d’une mutuelle qui rembourse la contraception ? N’hésitez pas à nous contacter au 02.30.06.00.60 !

Sécurite sociale : des remboursements variables

Votre fracture de la jambe a été détectée grâce à une radio ? La somme qui reste à votre charge est moins importante que si vous aviez passé un scanner ou une IRM. La raison ? La base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS) n’est pas la même selon l’examen. Pour être bien remboursée, votre radio doit être aussi prescrite par votre médecin traitant. Par exemple, pour une radio de la jambe vous déboursez au final 8,25 euros dans le parcours de soins contre 19,25 euros en dehors.

LES RADIOS SIMPLES : FRACTURE D’UN MEMBRE, DU DOS OU EXAMEN DES DENTS

Les radios pour les fractures d »un membre ou vos soins et prothèses dentaires sont, en général, les moins chères. Le tableau, ci-dessous, vous donne un aperçu de ce que vous percevez.

Type de radio Base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS) Taux Somme à votre charge
Radio d’un membre 27,50 euros 70% 8,25 euros
Radio pulmonaire 28,16 euros 70% 8,45 euros
Mammographie (1) 66,42 euros 70% 19,92 euros
Panoramique dentaire 29,16 euros 70% 8,75 euros
Colonne lombaire 66,42 euros 70% 19,92 euros
Colonne cervicale 58,32 euros 70% 17,50 euros
Télémétrie du rachis 46,55 euros 70% 13,97 euros
Ostéodensitométrie 40 euros 70% 12 euros

(1) Votre mammographie est intégralement remboursée si elle est faite dans le cadre du dépistage du cancer du sein qui a lieu tous les 2 ans pour les femmes entre 50 et 74 ans. Tarifs valables au 1er mai 2014.

LES ÉCHOGRAPHIES

Vous êtes enceinte et allez passer votre 1re échographie ? Seul le dernier examen est intégralement pris en charge.

LES RADIOS COMPLEXES : IRM ET SCANNER

Pour ces imageries médicales, les écarts de tarifs et donc de remboursement peuvent varier du simple au double. Cela dépend du médecin qui s’occupe de vous. S’il est en secteur 1 votre reste à charge est moindre que s’il est en secteur 2 et qu’il pratique des dépassements d’honoraires. Le coût de ces examens comprend un forfait technique et les honoraires de votre médecin. Le tableau, ci-dessous, vous en donne un aperçu.

Médecin de secteur 1
Nom de la radio Base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS) Taux Somme à votre charge
Scanner
Forfait technique De 29 à 100 euros (selon le type de scanner) 70% De 8,70 à 30 euros
Honoraires du médecin 69 euros 70% 20,70 euros
IRM
Forfait technique De 85,68 à 244,68 euros 70% De 25,71 à 73,41 euros
Honoraires du médecin 69 euros 70% 20,70 euros
Médecin de secteur 2
IRM
Forfait technique De 85,68 à 244,68 euros 70% De 25,71 à 73,41 euros
Honoraires du médecin De 69 à 152,45 euros 70% De 20,70 euros à 124,85 euros

Tarifs valables au 1er mai 2014.

Ainsi, vous devez parfois payer entre 100 et 200 euros pour une IRM. Une somme conséquente, surtout si elle est accompagnée d’autres examens ou d’une opération à l‘hôpital. Choisir une mutuelle efficace est donc indispensable.

Votre mutuelle : posez-vous les bonnes questions avant de signer

Prenez le temps de vous interroger avant de choisir :

QUEL NIVEAU DE MUTUELLE CHOISIR ?

Les mutuelles vous remboursent généralement en pourcentage de la BRSS. Le tableau, ci-dessous, vous indique quel niveau de complémentaire choisir pour un reste à charge tout petit.

Type de radio Exemple de tarif Niveau de mutuelle Somme à votre charge
Radio de la colonne lombaire 100 euros 100% 33,58 euros
125% 17 euros
150% 1 euro *
Echographie de la 24esemaine 150 euros 100% 68,08 euros
125% 48 euros
150% 27,12 euros
175% 7 euros
200% 1 euro *
Scanner 250 euros 100% 81 euros
125% 37,75 euros
150% 1 euro *
IRM 450 euros 100% 136,42 euros
125% 63,75 euros
150% 46,50 euros
175% 29,25 euros
200% 12 euros
225% 1 euro *

* 1 euro de franchise médicale restent toujours à votre charge.

Besoin d’une mutuelle qui rembourse les radios ?

Sécurité sociale : des remboursements faibles

Remboursements enfants /adolescents : une prise en charge limitée

Afin de bénéficier d’un remboursement de la sécurité sociale, voici les conditions à remplir :

– Les traitements d’orthodontie doivent démarrer avant le 16e anniversaire de l’enfant.

– Vous devez remplir une demande de prise en charge avec le chirurgien dentiste opérant et l’adresser à la sécurité sociale.

 

Comme pour une prothèse dentaire, les montants remboursés par la Sécurité sociale sont faibles. Le tableau, ci-dessous, vous donne quelques exemples de tarifs et de remboursements.

Traitement d’orthodontie
– 16 ans
Prix pratiqués Base de rembour-
sement SS
Part de prise en charge SS Montant
remboursé
SS
Montant à votre charge sans mutuelle
Première consultation entre 23€ et 43€ 23€ 70% 16,10€ de 6,90€ à 26,90€ par consultation
Examens initiaux (moulages, radios…) entre 43€ et 63€ 43€ 70% 30,10€ de 12,90€ à 32,90€ par consultation
Traitement par semestre (6 semestres maximum) entre 500€ et 1200€ 193,50€ 100% 193,50€ de 306,50€ à 1006,50€ par semestre
Consultation de surveillance entre 10,75€ et 20,75€ 10,75€ 70% 7,53€ de 3,22€ à 13,22€ par consultation

Vous l’aurez compris, le reste à charge en cas de traitement d’orthodontie pour les enfants et adolescents de moins de 16 ans peut s’avérer très élevé, pouvant atteindre 2000€ par année.

Orthodontie : comment limiter le reste à charge ?

1/ Réalisez plusieurs devis auprès de différents chirurgiens dentistes car les prix pratiqués peuvent aller du simple au double : vous pourrez ainsi comparer les tarifs et choisir le plus avantageux. Il est également possible d’effectuer ces soins dans un Centre Hospitalier Universitaire (CHU), à des tarifs très en dessous de ceux pratiqués dans le privé.

2/ Choisissez une complémentaire santé adaptée à vos besoins dentaires

Souscrire une complémentaire santé avec une bonne couverture dentaire est primordial pour diminuer le reste à charge. Comparez pour économiser !

Comprendre les remboursements orthodontie des mutuelles

Même s’il existe un remboursement de la sécurité sociale, les prises en charge pour l’orthodontie enfant sont limitées et les restes à charge peuvent atteindre 2000€ par an si vous n’êtes pas couvert par un contrat de complémentaire santé.

La Base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS) est fixée à 193,50€ par semestre. C’est le remboursement maximal qui vous sera accordé par la sécurité sociale : il est donc primordial de souscrire une mutuelle axée sur le dentaire, qui peut prendre en charge l’intégralité des frais.

A quel remboursement s’attendre par cet organisme ? Le remboursement n’est pas indexé sur vos dépenses réelles, mais est fonction de la base de la sécurité sociale. Dans les tableaux de garanties de votre contrat santé, les pourcentages incluent la prise en charge SS, nous vous aidons à y voir plus clair :

 

Remboursement SS Taux de remboursement sécu + mutuelle (voir tableau de garantie) Remboursement total / semestre
193,50€ 100% 193,50€
193,50€ 125% 241,88€
193,50€ 150% 290,25€
193,50€ 175% 338,63€
193,50€ 200% 387€
193,50€ 250% 483,75€
193,50€ 300% 580,50€
193,50€ 400% 774€
Remboursement orthodontie enfant- 16 ans (sécurité sociale + mutuelle)

Remboursements orthodontie adulte : aucune prise en charge par la sécurité sociale

La sécurité sociale ne prévoit aucune prise en charge de l’orthodontie au-delà du 16ème anniversaire. Et pourtant, les adultes aussi sont amenés à devoir corriger des défauts dentaires avant qu’ils n’évoluent en pathologies plus graves.

Choisir une complémentaire santé adaptée est alors primordial pour diminuer les frais occasionnés.

Comment choisir une bonne mutuelle pour l’orthodontie adulte?

POUR LES ADULTES

Bien souvent, les contrats d’entrée de gamme ne prévoient pas de remboursement d’orthodontie adulte.

Pour connaitre la prise en charge de votre mutuelle, il faut se référer à la ligne « Orthodontie non remboursée par l’AMO ou non prise en charge par le régime de base ». Le remboursement est présenté sous forme de forfait annuel ou semestriel en euros. Selon les niveaux choisis, la prise en charge peut aller jusqu’à 400€ ou 500€ par semestre.

Pour éviter les mauvaises surprises, attention également à vérifier si votre mutuelle limite les dépenses par un plafond annuel de remboursement de soins dentaires. Faites vous préciser ce point par les conseillers dédiés.

Besoin d’une mutuelle qui rembourse bien l’orthodontie adulte et enfant ? Faites le point avec un conseiller au 02.30.06.00.60

Sécurité sociale : des remboursements très bas

Prothèses dentaires : une prise en charge faible

Le constat est sans appel. La Sécurité sociale rembourse très mal les prothèses dentaires qui figurent sur sa liste. Sa base de remboursement (BRSS) est beaucoup plus basse que les prix du marché. Par exemple une couronne coûte, au minimum, 300 euros. La Sécurité sociale vous verse 70% de 107,50 euros, soit 75,25 euros. Ce sont ainsi 224,75 euros qui sortent de votre poche.

De plus, les chirurgiens dentistes fixent leurs honoraires comme ils l’entendent en fonction des actes effectués. Ainsi, la dévitalisation d’une dent, un détartrage, l’extraction d’un dent ou la pose d’un implant ou d’une couronne ne seront pas facturés au même tarif. Le montant de votre devis dentaire variera en fonction de votre zone géographique, du professionnel de santé consulté ou encore de la matière première utilisée pour réaliser votre prothèse.

Le tableau ci-dessous vous donne un aperçu des prix qui pratiqués, du niveau de remboursement  et du reste à charge (RAC) si vous n’avez pas souscrit un contrat d’assurance santé ou une mutuelle assortie d’une surcomplémentaire santé.

Type de prothèse Tarif moyen Base du remboursement Taux de remboursement Montant remboursé Somme à votre charge sans mutuelle
Couronne De 300 à 1500 euros 107,50 euros 70% 75,25 euros De 225,75 à 1425,75 euros
Inlay-core De 20 à 300 euros 122,55 euros 70% 85,78 euros De 0 à 215,22 euros
Appareil dentaire
1 à 3 dents
De 380 à 580 euros 64,50 euros 70% 45,15 euros De 335,85 à 2271,25 euros
Appareil dentaire complet
14 dents
De 1200 à 2400 euros 182,75 euros 70% 127,93 euros De 1071,25 à 2271,50 euros
Bridge De 900 à 5000 euros 279,5 euros 70% 195,65 euros De 703,70 à 4803,70 euros

Bonne nouvelle pour vous, depuis 2019 et la réforme du reste à charge zéro le tarif de certains actes dentaires a été plafonné :

Prothèses dentaires : conseils pour diminuer votre reste à charge

1er réflexe pour faire baisser vos dépenses de santé : utiliser un comparateur en ligne pour obtenir plusieurs devis de mutuelles.

Il faudra également consulter et demander à différents praticiens un devis dentaire.

Si besoin, vous pouvez télécharger un modèle de devis à remettre aux praticiens concernés. Vérifiez bien qu’il comporte les détails suivants :

Ce devis vous servira aussi à effectuer une demande de prise de charge auprès de votre mutuelle. Cet accord préalable est obligatoire avant de vous faire soigner car il vous permet de vérifier avec certitude la nature et les plafonds de remboursements associés aux actes médicaux qui seront effectué par le spécialiste que vous aurez choisi.

Souscrire une complémentaire santé est donc un passage obligé si vous  souhaitez bénéficier d’une couverture santé qui permette la prise en charge de vos dépenses médicales qu’elles soient dentaires, optiques, auditives.

Prothèses dentaires : la prise en charge de votre mutuelle

Besoin de prothèses dentaires ou d’implants ? Toutes les complémentaires santé participent à vos frais. Pourtant, certains modes de remboursement sont plus avantageux que d’autres.

Les remboursements en pourcentage

Les prothèses que le dentiste vous propose sont remboursées par la Sécurité sociale ? La plupart des mutuelles vous offrent un pourcentage de la BRSS. Hors cette base est très faible. Pour être bien remboursé vous devrez donc souscrire une complémentaire santé très couvrante et donc plutôt chère. Le tableau, ci-dessous, vous donne les pourcentages nécessaires pour un reste à charge modéré.

Type de prothèse Exemple de tarif Niveau de mutuelle Somme à votre charge
Couronne
700€
150% 539€
200% 485€
250% 431€
300% 378€
350% 324€
Inlay-Core
550€
150% 366€
200% 305€
250% 244€
300% 182€

Les mutuelles qui remboursent plus de 350% de la BRSS sont plutôt rares et très onéreuses. De plus, elles sont aussi très couvrantes pour les autres postes de soins : hospitalisation, optique, visites chez le médecin… Vous risquez de payer inutilement pour des garanties dont vous n’avez pas besoin. Enfin, la plupart des formules limitent le montant de leur remboursement par l’instauration d’un plafond de soins annuel. Des solutions existent :

Les remboursements en euros

Les remboursements en euros concernent surtout les prothèses non prises en charge par la Sécurité sociale. Il s’agit, par exemple, des implants dentaires ou des soins sur vos gencives : gingivites, parodontites…

1er critère de choix : la mutuelle visée doit rembourser ce type d’intervention. En effet, certains contrats responsables refusent de prendre en charge les prothèses dentaires non assumées par la Sécurité sociale.
Regardez également les plafonds proposées par votre mutuelle. L’idéal ? Choisir un montant qui augmente avec le temps. Souvent, à partir de la 2ème année de souscription, votre fidélité est récompensée. Au bout de 2, 3 ou 4 ans, vous pouvez accumuler une somme qui couvre bien vos frais.

Les remboursements en euros et en pourcentage

Certaines mutuelles, plus rares, vous offrent un remboursement en pourcentage de BRSS et un supplément fixe en euros. Cette solution est très intéressante. Vous pouvez choisir une complémentaire santé avec un pourcentage moyen. Votre forfait vous donne alors un coup de pouce.

Prenons un exemple :

Ce forfait est souvent annuel et peut aussi augmenter avec le temps. Regardez bien aussi ces deux aspects.

Besoin d’une mutuelle qui rembourse bien vos prothèses dentaires ?

Le remboursement par la Sécurité sociale

Des montants différents selon l’analyse

La Sécurité sociale n’applique pas la même base de remboursement (BRSS) selon la catégorie de l’analyse. Elle ne vous rembourse pas la même somme et votre reste à charge diffère. Elle distingue les actes de biologie et d’anatomie et de cytologie pathologique. Le tableau, ci-dessous, vous donne quelques exemples :

TABLEAU

Des montants différents selon le praticien

Le statut du biologiste qui pratique votre prélèvement a aussi un impact sur le montant que vous percevez. Il s’agit d’un médecin, d’un chirurgien-dentiste ou d’une sage-femme ? Vous êtes mieux remboursé que s’il s’agissait d’un directeur de laboratoire non médecin, d’un auxiliaire médical ou d’un auxiliaire de laboratoire non infirmier. Nous vous conseillons donc de choisir la 1re option. Le tableau, ci-dessous, vous donne un aperçu des économies possibles.

TABLEAU

Un dépistage gratuit du VIH et de l’hépatite c

Votre médecin vous a prescrit un dépistage du Sida ou de l’hépatite C ? Cette analyse vous est intégralement remboursée. En effet, la Sécurité sociale considère que c’est un acte de prévention qui relève de la Santé publique.

Les analyses médicales qui ne sont pas remboursées

L’Assurance maladie ne rembourse pas toutes les analyses médicales. Il s’agit notamment de celle qui exigent des recherches spécifiques dans votre sang, votre urine ou le prélèvement de votre tissu. Elles sont dites hors nomenclature. Vous êtes un peu flagada et votre médecin vous recommande une analyse de fer à partir de votre urine ? La Sécurité sociale ne participe pas à vos frais. Dans votre cas, vous déboursez 23 euros. On peut également citer :

Votre mutuelle : attention aux actes hors nomenclatures

Une complémentaire santé de base généralement suffisante

Votre prise de sang ou votre analyse d’urine est classique ? Il s’agit juste d’un bilan sanguin ou d’un renouvellement de contraception? A priori, une mutuelle de base qui rembourse les analyses médicales à 100% de la BRSS est amplement suffisante. Les dépassements d’honoraires dans les laboratoires sont plutôt rares.

Pensez aussi à prendre votre carte de mutuelle, en plus de votre Carte Vitale. Grâce au tiers-payant vous ne déboursez rien du tout.

Une mutuelle pour les actes non remboursés par la Sécurité sociale

Vous avez un doute ? La prescription de votre médecin vous semble inhabituel et vous ne comprenez pas la série de chiffres qui l’accompagne ? N’hésitez pas à lui demander si l’analyse biologique se situe dans ou hors nomenclature. La bonne réponse est la seconde ? Dans ce cas, seule votre mutuelle peut vous donner un coup de pouce pour vos dépenses. Si votre praticien ne sait pas, adressez-vous à votre laboratoire d’analyses médicales. Il est essentiel que vous sachiez à quoi vous en tenir avant le rendez-vous.

De nombreuses mutuelles n’acceptent de vous rembourser que si la Sécurité sociale le fait déjà. C’est souvent le cas si vous avez choisi un contrat responsable. Avec d’autres, vous bénéficiez d’un forfait variable en euros pour l’année. Avec cette somme, vous financez vos analyses médicales hors nomenclature. Avant de sauter le pas, soyez sûr d’en avoir vraiment besoin. Ces formules sont souvent chères et peu utiles si vos besoins de lunettes, de soins dentaires ou d’hospitalisation sont faibles ou moyens. N’hésitez pas à comparer les complémentaires santé sur internet pour trouver celle qu’il vous faut.

Besoin d’une mutuelle qui rembourse vos analyses médicales ?

Ce que la Sécurité sociale vous rembourse

Vos consultations chez le dentiste

Vous effectuez une visite de contrôle ou une consultation sans soin chez votre dentiste ? La Sécurité sociale vous verse 70% de la Base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS). Vous pouvez consulter directement ce spécialiste sans passer en amont par votre médecin traitant. Il n’est pas concerné par le respect du parcours de soins coordonnés.

 

Vos soins chez le dentiste

Vous avez rendez-vous chez votre dentiste pour un détartrage, le traitement d’une carie ou une extraction de dent ? Pour parfaire votre sourire, la Sécurité sociale vous rembourse généralement 70% de la BRSS.

Le tableau, ci-dessous, vous donne un aperçu de ce que vous percevez pour les soins les plus courants. Ces chiffres sont valables pour les plus de 13 ans.

Tarifs et remboursements des soins dentaires(au 1er janvier 2020, à l’exception des soins réalisés sur les dents permanentes des enfants de moins de 13 ans)
Soin dentaire Tarif conventionnel Taux de remboursement Montant remboursé*
Détartrage 28,92 € 70 % 20,24 €
Traitement d’une carie une face 26,97 € 70 % 18,88 €
Traitement d’une carie deux faces 45,38 € 70 % 31,77 €
Traitement d’une carie trois faces ou plus 60,95 € 70 % 42,67 €
Dévitalisation d’une incisive ou d’une canine 33,74 € 70 % 23,61 €
Dévitalisation d’une prémolaire 48,20 € 70 % 33,74 €
Dévitalisation d’une molaire 81,94 € 70 % 57,35 €
Extraction d’une dent de lait 25 € 70 % 17,50 €
Extraction d’une dent permanente 33,44 € 70 % 23,40 €

Les soins de vos enfants de moins de 13 ans

Pour vos enfants de moins de 13 ans, votre reste à charge est en général plus élevé. Pour eux, les soins sont en effet un peu plus chers. Le tableau, ci-dessous, donne des exemples pour leurs dents permanentes.

Tarifs et remboursements des soins dentaires réalisés sur les dents permanentes des enfants de moins de 13 ans(au 1er janvier 2020)
Soin dentaire Tarif conventionnel Taux de remboursement Montant remboursé*
Traitement d’une carie une face 31,20 € 70 % 21,84 €
Traitement d’une carie deux faces 52,50 € 70 % 36,75 €
Traitement d’une carie trois faces ou plus 70,52 € 70 % 49,36 €
Dévitalisation d’une incisive ou d’une canine 39,04 € 70 % 27,33 €
Dévitalisation d’une prémolaire 55,77 € 70 % 39,04 €
Dévitalisation d’une molaire 94,80 € 70 % 66,36 €

 

Les dépassements d’honoraires chez le dentiste

Vous ne pouvez pas faire autrement que consulter votre dentiste en dehors des horaires d’ouverture de son cabinet ? Il risque de vous faire payer la consultation plus cher que d’habitude. Il s’agit ici d’un dépassement d’honoraires.

Avant de vous précipiter chez votre dentiste, demander-lui bien quel tarif il compte appliquer. En effet, l’Assurance maladie ne rembourse jamais les dépassements d’honoraires, il vaut donc mieux s’informer en amont. Pour alléger la note, le choix d’une mutuelle est impératif.

Comment choisir votre mutuelle

Sans dépassement d’honoraires, une mutuelle de base est suffisante

Une mutuelle qui propose un remboursement à 100% de la BRSS suffit si votre dentiste ne pratique pas le dépassement d’honoraires. Optez pour une complémentaire santé qui offre un panel large de soins avec de nombreux dentistes. Vous serez sûr d’en trouver un près de chez vous avec des tarifs raisonnables. Votre reste à charge sera ainsi minime voire nul.
Mesurez bien vos besoins. Il arrive qu’une simple consultation débouche sur la pose d’une prothèse dentaire ou de l’orthodontie. Ces actes sont très mal remboursés pas la Sécurité sociale.

Avec des dépassements d’honoraires ou des soins non remboursés par la SS : une mutuelle un peu plus couvrante

Dès lors que des travaux spécifiques dentaires sont nécessaires, le coût des soins peu s’avérer très élevé, et peu ou pas du tout remboursés par la Sécurité Sociale. Le choix d’une offre de complémentaire adaptée est donc nécessaire, afin de diminuer votre reste à charge.

Certains contrats de complémentaire santé prévoient en effet des remboursements sur la pose d’implants dentaires, qui ne sont pas remboursés par le Sécurité sociale; la mutuelle prévoit ainsi une somme forfaitaire par an ou par semestre. Idem pour l’orthodontie des adultes de plus de 16 ans. Les prothèses dentaires (couronnes, inlays core…) bénéficient d’une prise en charge partielle par la Sécurité sociale; toutefois les dépassements d’honoraires sont fréquents sur ce poste également.

Pensez à bien demander un devis détaillé à votre dentiste pour éviter les mauvaises surprises.

Adoptez une mutuelle qui réponde à vos besoins.

 

Qu’est-ce qu’un implant dentaire ?

C’est une dent artificielle. Généralement, elle est fabriquée en titane ce qui lui permet de ne pas être rejetée par l’organisme humain. Elle est fixée à une racine dentaire. Aujourd’hui, il existe deux types d’implants dentaires :

Quel est le coût et la prise en charge de l’implantologie dentaire ?

Vu le prix des implants dentaires, beaucoup de personnes ne peuvent malheureusement pas assumer cette dépense. En effet, seules certaines prothèses dentaires (appareil dentaire, bridge…) sont partiellement prises en charge par l’Assurance maladie. Malheureusement, les implants dentaires n’en font pas partie.

L’implant dentaire est considéré comme un acte  » hors nomenclature  » dont le coût total est à la charge du patient, qu’il s’agisse de l’implant lui-même, ou encore du pilier. Seule exception : la couronne utilisée pour fixer l’implant, qui elle est prise en charge par la Sécurité sociale (à hauteur de 70 % du tarif de convention sur la base de remboursement de 107,5 €, soit la somme de 75,25 €).

Pourquoi un implant dentaire est-il si cher ?

Les soins d’implantologie figurent parmi les actes médicaux qui font l’objet d’honoraires totalement libres.

Par conséquent, en fonction de votre dentiste, les tarifs appliqués peuvent varier de manière importante (allant de quelques centaines d’euros jusqu’à plus de 1500 €). De tels sommes justifient à elles seules que vous sélectionniez avec soin une mutuelle implant dentaire qui vous permettra de bénéficier d’une prise en charge importante. Ainsi, vous limiterez au maximum le montant des frais médicaux dentaires.

Lors d’une consultation, votre dentiste établira un devis dentaire indiquant le coût exact des implants, ainsi que le remboursement dentaire possible par la Sécurité sociale.

Muni de ce devis, vous devrez alors contacter votre mutuelle. Elle vous indiquera avec précision, le montant du « reste à votre charge ». À savoir, le montant que vous devrez payer directement au dentiste.

Comment choisir une mutuelle implant dentaire ?

 Comparez les garanties

Attention, même si de nombreuses mutuelles santé proposent un remboursement des frais dentaires, celles-ci ne prennent pas obligatoirement en charge la pose d’implants dentaires. C’est pourquoi il est indispensable, lorsque vous choisissez votre mutuelle, de bien comparer les garanties de chaque offre pour s’assurer que vous serez bien couvert pour ce type d’intervention.

Il existe 2 types de garantie implants dentaires :

 Comparez le plafond de prise en charge

Le plafond de prise en charge, lui, peut varier selon la mutuelle. C’est un critère de choix important à considérer avec attention avant de choisir votre complémentaire santé.

 Vérifiez avec soin la durée du délai de carence !

La plupart des mutuelles imposent un délai de carence. C’est une période durant laquelle aucune prise en charge n’est possible. Ce délai varie en fonction de la mutuelle choisie. C’est donc un facteur important qui conditionne votre choix. Le connaître vous permettra aussi d’anticiper un éventuel changement de mutuelle qui vous permettra de bénéficier d’une meilleure prise en charge de vos frais dentaires.

 Trouvez un dentiste agréé

Autre piste possible pour réduire le montant de ces frais : trouver un dentiste agréé par votre mutuelle. Grâce à cela, vous pourrez réduire le montant de la facture. Attention, car toutes les mutuelles ne disposent pas forcément d’un réseau agréé de spécialistes.

Pour savoir si votre dentiste est référencé, posez-lui la question ou appelez votre mutuelle.