En raison d'un grand nombre d'appels, nous vous recommandons de nous contacter par mail ou via votre Espace Client. Merci de votre compréhension.
Menu
Aide

De quelles informations ai-je besoin pour obtenir un devis d’assurance habitation ?

Les questions que je peux me poser :

Comment doit-on comptabiliser les niveaux d’une maison dans le devis assurance habitation ?

Vous déclarez un niveau dès lors que les pièces aménagées sont toutes situées sur le même niveau. Autrement dit, si vous avez un niveau d’habitation et un sous-sol non-aménagé, comptez un seul niveau.

Autre exemple : rez-de-chaussée + sous-sol aménagé + 1er étage + grenier non aménagé = 3 niveaux

Qu’est-ce qu’une pièce principale ?

Une pièce principale est une pièce d’une superficie au sol de plus de 7 m², autre que : cuisine, arrière-cuisine, salle de bains, cabinet de toilette, WC, couloir, cave, hall fermé, buanderie, garage ou grenier. .

J’ai beaucoup de grandes pièces dans mon habitation. Quelle est la règle pour compter le nombre de pièces principales ?

Sont comptées comme pièces principales les pièces de plus de 7 m² au sol. Si une pièce mesure plus de 40 m² au sol, elle compte pour deux pièces.

Un grenier compte-t-il pour une pièce ?

Si le grenier n’est pas aménagé, il n’est pas comptabilisé comme pièce principale. Si le grenier est partiellement ou intégralement aménagé, vous comptez les pièces aménagées de plus de 7 m² au sol que comporte ce grenier.

Une salle de bains compte-t-elle pour une pièce principale si elle est très grande ?

Non, en aucun cas la salle de bains ne compte pour une pièce principale, quelle que soit la superficie.

Qu’est-ce qu’une dépendance ?

Une dépendance est un bâtiment qui n’est pas utilisé comme bâtiment d’habitation ni comme local professionnel. Il ne doit pas avoir de communication directe avec le bâtiment principal d’habitation.

Une cuisine américaine compte-t-elle pour une pièce principale ?

La cuisine ne compte pas comme pièce principale. Si elle est ouverte sur votre salon, vous comptabilisez uniquement le salon, en décomptant la superficie au sol occupée par la cuisine.

 

Un dressing est-il considéré comme une pièce principale ?

Oui, si c’est une pièce aménagée avec une superficie au sol de plus de 7 m². Sinon, ne le comptez pas. S’il fait partie d’une chambre, sa surface au sol s’ajoute à celle de la chambre.

Une véranda est-elle considérée comme pièce principale ?

Si elle est fermée et mesure plus de 7 m² au sol, elle compte pour une pièce principale.

Si elle est ouverte et fait partie d’une autre pièce, sa superficie s’ajoute à celle de la pièce attenante.

Si la superficie au sol additionnée de la véranda et de la pièce attenante est supérieure à 40 m², précisez-le au moment de faire votre devis.

Une pièce mansardée ou une mezzanine compte-t-elle pour une pièce principale ?

Seule la superficie au sol fait foi, que la pièce soit mansardée ou non. Si la pièce fait plus de 7 m² de superficie au sol, elle est considérée comme une pièce principale. Attention, toutes les pièces ne sont pas comptabilisées : consultez la définition d’une pièce principale.

Les jacuzzi sont-ils considérés comme piscines dans le devis assurance habitation ?

Oui. Sont considérés comme piscines : les piscines intérieures, extérieures et les jacuzzi. Selon la formule choisie, vous pouvez bénéficier d’une assurance piscine.

Mon logement comporte une maison de maître et un petit bâtiment qui sert de maison d’amis. Les deux bâtiments sont situés sur le même terrain. La maison d’amis est-elle considérée comme une dépendance ? Faut-il faire deux devis assurance habitation ?

Une maison d’amis est une pièce à usage d’habitation et ne peut, à ce titre, être considérée comme une dépendance (voir la définition de dépendance). Faites un seul devis d’assurance maison pour les deux bâtiments : il suffit d’additionner le nombre de pièces principales des deux bâtiments.

J’ai une maison et un autre corps de bâtiment sur le même terrain, qui fait office de maison d’hôtes… Faut-il faire deux devis assurance habitation ? Combien de pièces dois-je déclarer au contrat ?

Il vous suffit de faire un devis d’assurance habitation unique, puisque les deux bâtiments sont sur le même terrain. Ajoutez le nombre de pièces principales des deux bâtiments.

Bon à savoir : le nombre maximum de chambres d’hôtes est limité à cinq.

Je suis étudiante. Ma résidence principale est à Bordeaux. Je suis en stage d’un an à Rennes. Puis-je bénéficier d’une formule « chambre étudiante » pour mon logement de Rennes ?

La chambre étudiante est exclusivement réservée aux résidences principales. Mais vous pouvez bénéficier d’un tarif très avantageux avec la formule budget. Faites un devis pour connaître les tarifs.

Pourquoi les assurances « chambre étudiante » coûtent-elles moins cher ?

Elles coûtent moins cher parce que :

Des questions concernant votre assurance habitation . Retrouvez tous nos conseils...

Vérifiez les informations de votre contrat d’assurance habitation

Vérifiez si vous avez un délai maximum pour contacter votre assureur. Sans quoi, vous risquez de ne pas être indemnisé ou d’être mal indemnisé. Attention, ces délais varient en fonction du sinistre.
Les délais de déclaration de sinistre habitation sont indiqués aux conditions générales.

Vérifiez si vous avez une franchise à payer, et si oui de quel montant.
Cette information se trouve aux conditions particulières du contrat.

Prenez connaissance des plafonds dindemnisation de votre assureur.
Ils sont indiqués dans les conditions générales.

Vérifiez comment votre contrat prend en charge les biens immobiliers et mobiliers. Avec cette information majeure, vous saurez si un coefficient de vétusté viendra réduire votre prise en charge.

Pour en savoir plus, consultez les pages : valeur d’usage, reconstruction à neuf, remplacement à neuf.
Les conditions de prise en charge figurent aux conditions générales de l’assurance habitation.

Évitez les faux pas : n’engagez pas de réparations sans l’accord de l’assureur.

Réunissez les pièces justificatives nécessaires pour anticiper sur les démarches qui seront demandées par votre assureur.

Recueillez ou conservez les informations qui pourraient être utiles à l’assureur (exemple : informations éventuelles sur la personne responsable d’un acte de vandalisme).

 

Sinistre assurance habitation : vos obligations

Soyez conscient de vos obligations et prenez le temps de rassembler les pièces nécessaires :
En cas de sinistre habitation, c’est à vous de prouver la valeur des objets de votre habitation.

Un exemple : suite à un incendie, vos biens sont entièrement détruits par le feu. Vous êtes assuré à hauteur de 200.000 euros pour vos biens. Pour être indemnisé, vous devez prouver à votre assureur, factures à l’appui, que vous avez effectivement subi une perte de 200.000 euros. A défaut de factures, réunissez les photos et vidéos de votre logement, les notices d’utilisation de vos équipements…

Après un incendie, pensez à chiffrer l’intégralité de vos biens.

Bien souvent, les assurés, faute de temps ou d’énergie, négligent le chiffrage du linge de maison, des vêtements, des livres, des CD…
Or, pour être bien pris en charge, il faut des preuves de la liste et de la valeur de vos biens.
Ce conseil est précieux : il nous vient d’une personne qui a vécu un incendie.

D’où notre dernier conseil : conservez le plus possible de factures et enregistrez-les dans un coffre-fort électronique pour être paré en cas de sinistre…

Quelle assurance me couvre pendant mon déménagement ?

La nature de l’assurance qui vous couvre est différente selon le mode de déménagement choisi. Plusieurs possibilités s’offrent à vous.

J’opte pour un déménageur professionnel

Un déménageur professionnel est, a minima, détenteur d’une assurance responsabilité civile professionnelle. Elle joue s’il a lui même causé le sinistre. Le déménageur ne vous indemnise pas dans quelques cas précis :

Le déménageur vous remet trois documents à lire soigneusement

Avant tout déménagement, le professionnel vous remet, au préalable, trois documents. Prenez-en connaissance avec soin, en lisant bien les petites lignes.

Je déménage par mes propres moyens

Votre assurance habitation vous couvre pour les dégâts éventuels. Prêtez tout de même attention à quelques points particuliers.

Des proches viennent vous prêter main forte ? Si l’un d’eux endommage un objet, vous êtes indemnisé sur le fondement de sa responsabilité civile.

Vous louez un véhicule pour déménager ? En général les assurances auto des sociétés de location comprennent les garanties responsabilité civileincendie et vol.

Votre assurance habitation peut également intervenir en cas de problème, notamment si vous avez un accident avec le véhicule loué. En cas de sinistre, le loueur exige généralement une somme qui reste à votre charge. C’est la franchise. Certains contrats d’assurance habitation comprennent une assistance qui couvre cette franchise dommages du véhicule.

Les biens mobiliers transportés peuvent également être garantis, mais le montant de l’indemnisation est généralement limité à quelques milliers d’euros. Vérifiez ces éléments dans votre contrat. N’hésitez pas à souscrire une option complémentaire ou à étendre une garantie déjà existante.

Comment faire avec mes assurances ?

Vous avez l’obligation de signaler tout changement personnel à votre assureur, sous peine de nullité du contrat ou d’indemnisation partielle en cas de sinistre. Le déménagement est ainsi l’occasion de faire le point sur vos assurances habitation, auto et santé.

En cas de déménagement, vous avez, en effet, la possibilité de résilier vos assurances pour changer d’assureur.
Les conditions de résiliation et la marche à suivre sont toutefois bien précises.

1- Demandez un devis à votre assureur

L’évolution du risque entraîne une révision de votre tarif. C’est elle qui vous autorise à résilier votre contrat. Pour le déterminer, demandez à votre assureur habituel d’établir un nouveau devis avec les mêmes garanties. Veillez particulièrement aux données suivantes :

2- Résiliez ou non votre contrat

Si le montant de votre assurance change, à la hausse comme à la baisse, la loi vous autorise à résilier votre contrat de manière anticipée. Vous devez suivre une procédure précise pour mener à bien cette démarche. Consultez notre page dédiée à la résiliation de vos assurances.

Nous mettons également à votre disposition des lettres de résiliation personnalisées pour faciliter vos démarches.

Les gestes à adopter pour la prévention du gel

Prévention gel : les canalisations

Prévention gel : la vidange des réservoirs

En cas d’absence prolongée en hiver (supérieure à 48h), les réservoirs d’eau (citernes…) doivent être vidangés.

La vidange des réservoirs se fait en 4 étapes :

Prévention gel : en cas d’absence

Vous partez plus de 48h ?

Le respect de ces mesures peut être demandé par l’assureur. En cas de sinistre gelce dernier réduit son indemnisation si vous n’avez pas observé ces mesures. Les conditions générales vous rappellent les mesures de prévention gel demandées par votre assurance habitation.

Comparez les assurances habitation

Le dégât des eaux causé par le gel n’est pas toujours pris en charge par votre assureur. Certains contrats garantissent le gel de manière optionnelle. Ainsi, si vous habitez dans une région où les températures sont souvent négatives, relisez vos conditions générales et assurez-vous que votre contrat d’assurance habitation couvre les conséquences du gel.

Dans le contrat TcommeToit :

Réalisez un devis d’assurance habitation

Le rôle de la responsabilité civile : que couvre-t-elle ?

Un sinistre impliquant la responsabilité civile peut générer le paiement de montants colossaux, surtout en cas de décès, d’invalidité ou de dégâts matériels importants. L’assurance sert ainsi à réparer les préjudices causés à ses voisins, à des tiers, par sa propre faute. La responsabilité civile entre en jeu dans des cas bien précis : l’assuré commet involontairement une faute qui engendre des dommages corporels ou matériels à un tiers. Les dommages causés intentionnellement à autrui ne sont pas couverts (article L113 du code des assurances).

Qui est couvert?

Quels dommages sont couverts?

Il s’agit des dommages qui interviennent dans le cadre de la vie privée de l’assuré. Ils concernent :

Les différentes responsabilité civiles existantes

Il est possible de souscrire une assurance spécifique « responsabilité civile privée ». Le contrat d’assurance habitation intègre également cette garantie. Certaines assurances la couvrent aussi, mais uniquement dans des circonstances bien précises et ponctuelles :

Contre le vol : suivre les indications du contrat d’assurance habitation

Pendant la période d’inoccupation, le risque majeur reste le vol.

Prévention : sécuriser son habitation avant le départ

Protéger sa maison contre les autres risques : dégât des eaux, incendie…

D’autres risques sont susceptibles de contrarier vos vacances pendant votre absence. Dégât des eauxaccidents électriquesincendie ou explosions ne doivent pas être négligés ; pour s’en prémunir, il est recommandé de débrancher le compteur électrique, de couper les arrivées d’eau, le gaz, d’éteindre le chauffe-eau : même pour des absences de courte durée. Au-delà de 3 ou 4 jours d’absence, certains assureurs ne vous couvrent pas en cas de dégât des eaux ; ils pourront diminuer de moitié votre indemnisation.

 Astuce

Un dernier conseil pratique : ayez sur vous dans votre téléphone les n° d’urgence : n° contrats assurance, n° de la garantie assistance, n° à composer en cas de vol de carte bancaire, n° du centre de sécurité en cas de possession d’alarme.

Abeilles, bourdon, guêpes, frelons asiatiques, quelles différences ?

Tous ces insectes appartiennent à la famille des hyménoptères. Ces pollinisateurs contribuent à la biodiversité et à l’équilibre de la nature. Cependant, toutes n’ont pas le même comportement et ne représentent pas le même danger pour l’humain. Quelques conseils pour les différencier et agir de façon adaptée :

Les abeilles

Elles se nourrissent uniquement du nectar des fleurs. Aucun risque donc de les voir vous tourner autour lors d’un repas en terrasse. L’abeille n’est agressive que si l’on s’approche de trop près de son nid. Lorsqu’une ruche est surpeuplée, la reine peut décider de la quitter. Un nouveau groupe ce forme alors, on appelle ça un essaim. Il est à priori sans danger, sauf quand il décide d’installer ses quartiers dans votre conduit de cheminée ou votre cabanon. Dans ce cas, ne perdez pas de temps et contactez rapidement un apiculteur qui tentera de capture l’essaim pour peupler ses ruches.

Les bourdons

Ils sont les plus velus et trapus du groupe. Les bourdons sont d’importants pollinisateurs qui vont de fleur en fleur et sont totalement indifférent à votre présence. Non-agressifs, ils ne piquent que quand ils risquent de se faire écraser ou que l’on dérange leur nid.

Les guêpes

Les guêpes se différencient des autres par sa couleur jaune vif et ses lignes noire très marquées. Elles peuvent faire leur nid dans les toits comme dans le sol. C’est pourquoi il n’est pas impossible de se faire piquer lors d’une promenade pied-nus dans l’herbe. Elles sont attirées par le sucre et les protéines pour nourrir leurs larves. C’est pourquoi l’été elles risquent de s’inviter à votre table si vous servez un barbecue ou une salade de fruits. Les guêpes sont agressives et peuvent piquer les humains qui les dérangent. Contrairement aux abeilles qui piquent une seule fois, les guêpes peuvent revenir à la charge plusieurs fois.

Les frelons

Ils peuvent être européens ou asiatiques. Ils sont plus grands que la guêpe et très bruyants. L’européen est relativement inoffensif pour l’homme mais peut être à l’origine de dégâts colossaux dans les vergers d’arbres fruitiers. L’asiatique quant à lui est très agressif, c’est ce qui le rend beaucoup plus dangereux pour l’homme. On le trouve particulièrement dans le Sud de la France, mais on constate une invasion rapide du reste de l’Hexagone.

Qui peut détruire le nid de guêpes ou de frelons ?

De part l’agressivité des guêpes et frelons, et en particulier l’asiatique, il est recommandé de détruire un nid si vous en repérez un sur votre propriété. Cependant, n’intervenez pas seul ! Le dard du frelon asiatique mesure 6mm et une tenue d’apiculteur ne suffit pas pour s’en protéger. Bien que des kits avec des pièges et des insecticides soient vendus en grande surface, les risques de détruire le nid de guêpes ou frelons soi-même sont grands. Déjà, la localisation du nid peut être difficile d’accès et une attaque de ces nuisibles n’est pas à négliger. Pour ce genre d’opération, mieux vaut faire appel à un spécialiste. En fonction de votre région de résidence et de l’importance des dommages, plusieurs choix se présentent à vous :

Quelle indemnisation propose l’assurance habitation ?

L‘assurance multirisque habitation a vocation à couvrir les dommages qui pourraient affecter les biens immobiliers, et éventuellement mobiliers, que vous avez déclarés à votre contrat. Les garanties minimales de cette assurance sont les garanties

Dégât des eaux, incendie, tempête et catastrophes naturelles. S’y ajoute la responsabilité civile. Les nuisibles, comme les puces, punaises ou guêpes, s’attaquants aux occupants ou à leur environnement ne sont pas pris en compte par le contrat MRH. De ce fait, la casse de tuiles, l’endommagement de la charpente, ou toute autre partie du logement abîmée dans le but de détruire un nid de guêpes ne sont pas couverts. De la même façon, la désinsectisation n’est généralement pas prise en charge. 

Certains assureurs proposent cette garantie optionnelle. Comparez les offres, rapprochez vous de votre conseiller pour en savoir plus et lisez attentivement les conditions générales de votre contrat.

Qui paye règle la note ?

Vous êtes propriétaire

Vous êtes propriétaire occupant de votre logement ? Il vous revient alors de vous acquitter de la facture vous-même.

Vous êtes locataire

L’article 18 de la loi du 23 décembre 1986 stipule que le coût des produits incombe au locataire, tandis que celui de la main d’oeuvre revient au propriétaire. Cette règle générale varie cependant en fonction de la date d’installation des nuisibles.

Deux cas de figure se présentent ici :

Vous envisagez une intervention des pompiers ou d’une entreprise spécialisée en désinsectisation ? Pensez, au préalable, à en avertir votre propriétaire. Si vous engagez une action sans son accord, il peut légitimement refuser de régler la part main d’oeuvre de la facture. Elle resterait ainsi entièrement à votre charge.

Quelle assurance me couvre en cas d’orage ?

Un orage est difficile à classer dans la prise en charge de votre assurance habitation.

Le contrat “basique” d’assurance multirisque habitation ne prend pas en charge les dégâts causés par un orage. Vous êtes couverts si et seulement si vous avez souscrit une option supplémentaire.

L’option la plus courante dans les contrats multirisques habitations est « dommages électriques ». Elle rentre en compte lors d’impacts indirects de la foudre ou une sous-tension dans vos installations électriques.

Pour ce qui est de la couverture, elle prend en charge les dégâts causés par une surtension. Toute autre cause (panne,casse,défaut de fabrication de l’appareil…) n’entre pas dans le champ de la garantie.

Dans votre réflexion de souscrire des options pour cette situation, n’oubliez pas de vérifier :

Quelles sont les étapes suite à des dégâts après un orage ?

Vous constatez des dégâts suite au passage du dernier orage ?

Avant de contacter votre assureur, voici les étapes à suivre pour bien préparer votre dossier et gagner du temps dans le traitement de votre indemnisation.

1ère étape : Évaluer les dégâts subis :

Notez tout dommage ou dysfonctionnement que vous pouvez constater sur vos biens, mobiliers ou immobiliers, ainsi que sur vos appareils électriques.

Nul besoin de contacter un expert pour constater les dégâts. Dans le cas où elle l’estime nécessaire, votre compagnie d’assurance le contactera et en assumera le coût.

2ème étape : Garder des preuves :

Prenez en photo tous les dommages relevés pour étayer votre déposition auprès de votre assureur. Vous aurez alors des preuves tangibles pour votre cas. Il est important de ne rien réparer par vous-même. Si votre assureur ne peut pas constater le sinistre, il ne vous indemnisera pas.

3ème étape : Estimer le montant du sinistre :

Cette étape est plus compliquée, il s’agit d’évaluer la gravité des dommages subis. Soyez attentif, en cas d’inondation, glissement de terrain ou incendie, cet incident peut être déclaré en tant que catastrophe naturelle. Dans ce cas, les indemnisations seraient plus importantes et plus rapides

Comment bien être indemnisé ?

Une fois les étapes réalisées, il est temps de prendre contact avec votre assureur. Pour cela, vous avez cinq jours ouvrés. Passé ce délai, votre dossier ne sera plus pris en compte.  Il est donc préférable d’agir le plus vite possible, et fournir d’emblée tous les documents permettant de constituer votre dossier.

C’est à cette occasion que votre assureur vous précisera de quelles garanties relèvent les dommages dont vous êtes victime.

Également, vous serez tenus au courant du niveau d’indemnisation auquel vous pouvez prétendre.

N’oubliez pas d’en profiter pour vous renseigner sur la procédure de demande d’indemnisation.

Ensuite, il est recommandé de prendre quelques mesures souvent exigées par votre assureur pour éviter une aggravation des dégâts causés par l’orage. Par exemple, on peut vous demander de mettre temporairement une bâche sur votre toiture arrachée. Cela pour éviter que l’intérieur de votre maison ne soit davantage abîmé.

Enfin, envoyez au plus vite les éléments du dossier que vous avez constitués. Preuves de l’orage, factures, photos de vos meubles et appareils ménagers … toute pièce relative à votre sinistre et à vos biens. Et comme on dit, il en vaut mieux trop que pas assez.

Comment se préparer face à l’arrivée d’un orage  ?

Il existe quelques précautions à suivre quant à l’arrivée d’un orage :

EN AMONT DE L’ORAGE

PENDANT L’ORAGE

Si vous êtes en extérieur :

Si vous êtes en intérieur :

Quelle assurance me couvre en cas d’orage ?

Un orage est difficile à classer dans la prise en charge de votre assurance habitation.

En effet, le contrat “basique” d’assurance multirisque habitation ne prend pas en charge les dégâts causés par un orage. Vous êtes couvert si et seulement si vous avez souscrit une garantie optionnelle “dommages électriques”. Elle intervient lors d’impacts indirects de la foudre ou une sous-tension dans vos installations électriques. Vous êtes ainsi indemnisé si un lien de causalité direct entre les dégâts constatés et la surtension est avéré.

Toute autre cause, qu’il s’agisse d’une panne, d’une casse, ou d’un défaut de fabrication de l’appareil endommagé, n’entre pas dans le champ de la garantie.

Avant de souscrire cette option, n’oubliez pas de vérifier :

Quelles sont les étapes à suivre lors de ce type de sinistre  ?

Vous constatez des dégâts suite au passage du dernier orage ?

Avant de contacter votre assureur, voici les étapes à suivre pour bien préparer votre dossier et gagner du temps dans le traitement de votre indemnisation.

1ère étape : Évaluer les dégâts subis

Notez tout dommage ou dysfonctionnement que vous pouvez constater sur vos biens, mobiliers ou immobiliers, ainsi que sur vos appareils électriques.

Nul besoin de contacter un expert pour constater les dégâts. Dans le cas où elle l’estime nécessaire, votre compagnie d’assurance le contactera et en assumera le coût.

2ème étape : Garder des preuves

Prenez en photo tous les dommages relevés pour étayer votre déposition auprès de votre assureur. Vous aurez alors des preuves tangibles pour votre cas. Rassemblez les factures et tickets de caisse des biens endommagés. Il est important de ne rien réparer par vous-même. Si votre assureur ne peut pas constater le sinistre, il ne vous indemnisera pas.

3ème étape : Estimer le montant du sinistre

Cette étape est plus compliquée, il s’agit d’évaluer la gravité des dommages subis. Soyez attentif, en cas d’inondation, glissement de terrain ou incendie, cet incident peut être déclaré en tant que catastrophe naturelle. Dans ce cas, les indemnisations seraient plus importantes et plus rapides.

La législation prévoit des délais d’indemnisation dans certains cas urgents. Par exemple, pour un trou dans une toiture, le délai légal est de 48H.

Comment être bien indemnisé ?

Une fois les étapes réalisées, il est temps de prendre contact avec votre assureur. Vous avez cinq jours ouvrés pour le faire, passé ce délai, votre dossier ne sera plus étudié. Agissez donc vite et fournissez d’emblée tous les documents permettant de constituer votre dossier.

C’est à cette occasion que votre assureur vous précisera de quelles garanties relèvent les dommages dont vous êtes victime. Vous serez également informé du niveau d’indemnisation auquel vous pouvez prétendre.

A cette occasion, renseignez-vous sur la procédure de demande d’indemnisation.

Ensuite, prenez des précautions, souvent exigées par votre assureur, pour éviter une aggravation des dégâts causés par l’orage. Par exemple, bâchez temporairement votre toiture incendiée pour éviter que l’intérieur de votre maison ne soit davantage abîmé.

Enfin, envoyez au plus vite les éléments du dossier que vous avez constitué. Preuves de l’orage, factures, photos de vos meubles et appareils ménagers … toute pièce relative à votre sinistre et à vos biens sont appréciés.

Quelles sont les précautions à prendre face aux feux de forêts ?

Dès votre arrivée dans une nouvelle habitation, agissez face à la menace des feux de forêts en débroussaillant.

Renseignez-vous auprès de votre mairie concernant le Plan de Prévention des Risques (PPR) qui est régi par les articles 322-3 et 322-10 du code forestier.

Toutes les informations relatives au débroussaillage de votre habitation y seront présentes.

Traditionnellement, le débroussaillage doit se faire sur un rayon de 50 mètres aux alentours de l’habitation et de 10 mètres de largeur pour vos chemins d’accès.

Le maire de votre commune ou votre préfet peut étendre les limites à 100 ou 200 mètres en cas de risque aggravé. C’est pour cela qu’il est préférable de lire attentivement le PPR qui vous incombe.

Les arbres doivent également être régulièrement élagués. Tout ce qui est déchets végétaux (branchages morts, résidus de tonte…) doivent être éliminés pour éviter un embrasement plus rapide en cas de feu.

Si vous décidez que ces travaux sont superflus, attention !

En effet, une décision de tribunal peut vous y contraindre. Vous vous verrez alors imposé un délai ainsi qu’une astreinte journalière par jour de dépassement pouvant aller jusqu’à 76 € par hectare.

Votre commune peut aussi faire réaliser les travaux de débroussaillage par une entreprise externe. Le montant de la facture doit alors être réglé par vous, propriétaire.

Comment se déroule l’indemnisation en cas de sinistre lié à un feu de forêt ?

La première question à se poser est de savoir si le feu est une catastrophe naturelle ou non.

On caractérise une catastrophe naturelle par “l’intensité anormale d’un agent naturel(inondation, coulée de boue, tremblement de terre, avalanche, sécheresse…) lorsque les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n’ont pu empêcher leur survenance ou n’ont pu être prises. “ (Insee)

S’il est considéré comme tel, il est nécessaire d’attendre un arrêté préfectoral pour déclarer votre sinistre. Seront pris en charge des dommages causés uniquement aux biens de l’assurés si ceux-ci sont couverts dans le contrat d’assurance.

Si le feu n’est pas une catastrophe naturelle, son indemnisation dépend de votre niveau de garantie en assurance habitation. La couverture touchera principalement les biens détruits et/ou endommagés par les flammes, les dommages dus à l’intervention des pompiers ainsi que les biens endommagés par la fumée.

Concernant vos équipements extérieurs et aménagements paysagers, ils ne sont pas couverts sans souscription d’une option dédiée. Pensez-y pour protéger vos abris ou mobilier de jardin.

En cas de sinistre lié à un feu de forêt, si vous ne respectez pas les mesures de débroussaillage, une franchise supplémentaire vous sera appliquée. Faites également attention aux exclusions de garantie de votre contrat.

Exemple d’exclusion : Imaginons que vous soyez fumeur et que votre mégot est mal éteint. Votre assurance ne vous dédommagera pas.

Si la négligence est reconnue, votre assureur est dans la possibilité de se retourner contre vous.

Pour finir, avant toute souscription, renseignez-vous sur plusieurs points concernant l’indemnisation :

Quelle est la procédure d’indemnisation ?

Si le feu de forêt n’est pas considéré comme une catastrophe naturelle, l’indemnisation se fait comme un sinistre d’habitation classique.

Pour trouver le délai maximum pour débuter la démarche, reportez- vous à votre contrat d’habitation. Le délai est généralement de 5 jours. En cas de catastrophe naturelle, il passe alors à 10 jours après la publication de l’arrêté au Journal Officiel.

Après un sinistre, contactez au plus vite votre assureur. Il vous indiquera la marche à suivre. Pensez à joindre des pièces utiles à votre dossier : photos, rapport d’incendie des pompiers, factures, devis.

Suite à la déclaration de votre sinistre, un expert intervient dans la procédure.

Mandaté par votre assureur, il est là pour évaluer le montant exact des dommages. N’engagez aucun travaux sans accord préalable de la part de votre assureur si l’expert n’est pas passé.

Quels sont les gestes à adopter en cas de feu de forêt ?

Le 1er réflexe à avoir est d’alerter les pompiers en composant le 18 ou le 112. Précisez-leur la localisation précise du feu si vous le pouvez.

Arrosez votre les abords de votre maison et ses façades, cela devrait ralentir la progression du feu à ses abords.

Fermez toutes les portes, fenêtres, volets puis calfeutrez toutes les ouvertures possibles avec un linge humide. N’oubliez pas vos bouches d’aération et conduits de cheminées dont il faut fermer la trappe de tirage.

Si vous avez des bouteilles de gaz, immergez-les dans votre piscine ou dans une baignoire remplie d’eau.

Garez vos véhicules contre l’habitation à l’opposée du vent et fermez toutes leurs vitres.

Facilitez le travail des pompiers en leur permettant l’accès à votre propriété grâce au portail ouvert ainsi qu’à votre piscine si vous en avez une.

Une fois tout cela fait, respirez avec un ligne humide devant le nez pour vous protéger des fumées toxiques. Enfin, si les consignes des sapeurs-pompiers le permettent, vous pouvez quitter les lieux. Dirigez-vous en prenant la direction opposée au feu.

Les feux de forêts sont aussi bien dangereux pour votre habitation et vos équipements que pour vous-même. Il est important de le prendre en compte dans le choix de votre assurance habitation et de respecter les réglementations en vigueur. Ainsi vous vous préservez contre de mauvaises surprises en cas de sinistre.

Ne soyez pas désemparés devant une fenêtre cassée !

Bris de glace : des dégâts pas toujours couverts

La garantie “Bris de glace” est généralement incluse dans votre assurance habitation. Toutefois, la prise en charge varie fortement selon les formules. Certaines se contentent de garantir portes et fenêtres, tandis que d’autres sont très couvrantes. Elles peuvent couvrir les vérandas, les panneaux photovoltaïques ou les inserts de cheminée.

UNE PROTECTION POUR VOS PORTES, FENÊTRES, CLOISONS…

Retenez que la grande majorité des assurances logements préserve vos portes, fenêtres, baies vitrées, vasistas, fenêtres de toit et cloisons en verre. Pour schématiser, tous les éléments qui vous séparent de l’extérieur ou délimitent une ou plusieurs pièces sont généralement couverts par cette garantie.

DES EXTENSIONS ET OPTIONS POUR VOS ÉQUIPEMENTS SPÉCIFIQUES

Vous avez une véranda, un insert de cheminée ou des panneaux photovoltaïques ? Ce sont des équipements spécifiques. Souvent, vous devrez souscrire une extension ou une option spéciale pour vous prémunir contre les risques de sinistre. Quoi qu’il en soit, veillez à bien les déclarer lorsque vous souscrivez votre contrat. Si vous ne les déclarez pas, l’assureur pourra refuser de vous indemniser.

C’est le cas aussi si vous possédez des plaques vitrocéramiques, un téléviseur ou un aquarium pour vos poissons rouges. Vous devrez vérifier qu’ils sont bien couverts par votre assurance habitation et ne pas oublier de les déclarer à votre assureur.

DES FORMULES COUVRANTES POUR VOTRE MOBILIER D’INTÉRIEUR

Les miroirs de salles de bains, d’intérieur, les vitraux, les lustres, les ampoules et les objets en verre sont très rarement couverts. Certaines formules, protectrices et parfois chères, vous proposent de protéger votre mobilier d’intérieur.

UNE ASSISTANCE APRÈS LE SINISTRE

Une ou plusieurs vitres brisées rendent votre logement vulnérable au vol et au vandalisme ? Certaines assurances offrent une assistance. Elle prend souvent en charge les frais de gardiennage de votre logement, jusqu’à la réparation des dégâts.

Bris de glace : quelles sont les démarches pour être indemnisé ?

DÉCLAREZ VOTRE SINISTRE À VOTRE ASSUREUR DANS LES 5 JOURS OUVRÉS

Premier réflexe : sécurisez les dégâts. Recouvrez ou bâchez la vitre ou l’objet brisé. Ceci pour éviter que des intempéries ou une personne malintentionnée ne vienne aggraver les dommages.
Ensuite, comme pour la plupart des sinistres dans un logement, vous avez 5 jours pour déclarer les dégâts à votre assureur. En attendant le passage de l’expert, prenez des photos. Si le remplacement des vitres ne peut pas attendre, vérifiez avec votre assureur que vous pouvez le faire avant d’appeler un artisan. Dans tous les cas, vous ne devez pas remplacer les vitres cassées sans l’en avertir.

Quelle somme allez-vous toucher ?

Le montant dépend, avant tout, de la franchise que vous avez choisie et du plafond mis en place par votre assureur. Relisez votre contrat ou contactez-le pour en savoir plus.

CETTE FRANCHISE QUI RESTE À VOTRE CHARGE

Lorsque vous souscrivez une assurance habitation, vous choisissez un montant de franchise d’assurance pour la garantie “Bris de glace”. C’est le montant qui reste à votre charge après remboursement. Il s’étend de 0 à quelques centaines d’euros. Plus la franchise est élevée plus votre tarif d’assurance habitation sera bas.

UN PLAFOND QUI LIMITE LA SOMME QUE VOUS RECEVEZ

Le plafond est la somme maximale que vous percevrez. Il s’agit souvent d’un montant en Euros, pour les fenêtres ou les baies vitrées. Pour des équipements plus importants, par exemple une véranda, il varie souvent selon la superficie abîmée. Les montants des remboursements varient. Pour les connaître, consultez votre contrat ou appelez votre assureur.

Besoin d’une assurance habitation qui vous protège en cas de bris de glace ? Contactez un de nos conseillers au 02 30 06 00 60 ou effectuez un devis en ligne.