En raison d'un grand nombre d'appels, nous vous recommandons de nous contacter par mail ou via votre Espace Client. Merci de votre compréhension.
Menu
Aide

Pour assurer votre piscine, il est recommandé de choisir une assurance optionnelle spécifique en plus de votre contrat d’assurance habitation.

 

Quels types d’installations l’option piscine couvre-t-elle ?

L’extension « piscine » ne couvre pas seulement l’installation en elle-même. Elle inclut les SPA et jacuzzi.

L’extension couvre les installations enterrées ou semi enterrées. Elles sont aussi assurées lorsqu’elles sont couvertes par un dôme, une véranda ou encore une serre. Un équipement hors sol ou gonflable est assurable mais pas par l’extension « piscine ». Ils sont couverts :

Matériel d’entretien et de sécurité

L’option piscine peut prendre en charge :

Comment votre assurance habitation prend en charge votre piscine ?

Pour être couverte, la piscine doit être déclarée à l’assureur, au moment de la souscription de l’assurance ou de l’installation de la piscine. Sans cette déclaration, en cas de sinistre, les dommages qui affecteraient votre installation ne seraient pas pris en charge.

Quels types de dégâts peuvent être indemnisés ?

Chez la majorité des assureurs, la piscine fait l’objet d’une garantie optionnelle qui répond à un besoin spécifique. Elle s’ajoute comme une extension des garanties prévues à votre assurance, qu’elles soient :

Prenez garde aux événements non pris en charge par l’assureur

Outre les problèmes liés au non respect des obligations de sécurité, il existe des exclusions à la couverture de votre piscine. Une exclusion en assurance est un cas spécial où le sinistre n’est pas indemnisé par l’assureur.

Peuvent ainsi être exclues :

Rangez vos biens dans des locaux adaptés ou dans votre habitation principale.

Vous avez besoin d’assurer votre piscine ?

Quelles sont les piscines concernées par ces dispositifs de sécurité ?

Les piscines privées à usage individuel ou collectif de plein air (enterrées ou semi-enterrées).

Exemples : bassins familiaux ou plans d’eau réservés à des résidents, intégrés dans des villages de vacances, hôtels…

Ne sont pas concernées les piscines :

 

 

Protéger sa piscine : les dispositifs de sécurité existants

En terme de sécurisation des piscines, 4 dispositifs sont actuellement disponibles : barrières de protection, couvertures, abris de piscines et alarmes. Ils doivent être installés, au plus tard, à la fin des travaux de construction.
2 objectifs principaux : empêcher l’accès au bassin et alerter en cas de chute.

Empêcher l’accès au bassin

A votre disposition, soit :

Prévenir la chute : 2 types d’ alarmes sonores

Ce système ne clôture pas l’accès au bassin. L’idéal est de le coupler avec une des protections présentées précédemment.

Des dispositifs de sécurité conformes aux normes

Vous aviez installé un dispositif de sécurité avant la promulgation de la loi de 2004 ? 2 solutions :

L’assurance garage est-elle obligatoire ?

Si vous louez un garage ou un box, une assurance est obligatoire. Souvent inclus dans votre contrat d’assurance habitation, elle permet d’indemniser votre propriétaire en cas d’éventuels dommages.

L’assurance garage est facultative en tant que propriétaire. Vous êtes cependant responsable des dégâts que votre bien peut causer aux autres. Assurer son garage ne coûte pas cher, il vaut donc mieux être couvert.

Vous habitez dans un logement collectif

PLACE DE PARKING PRIVÉE OU EMPLACEMENT PAR MARQUAGE AU SOL

Votre logement se situe dans un immeuble ou une copropriété? Les parties communes sont en général protégées par l’assurance de la copropriété, tandis que les parties privées par votre assurance habitation. Si vous avez une place de parking privatif dans un logement collectif, c’est l’assurance de la copropriété qui est concernée.

Nous vous conseillons cependant de vérifier auprès de votre syndic que votre place de parking est bien couverte par l’assurance de la copropriété.

BOX OU GARAGE PRIVÉ

Le garage, comme le box fermé est une partie privée dans une résidence. Il peut être protégé par votre multirisque habitation si vous l’avez déclaré en tant que dépendance sur votre contrat d’assurance. Si ce n’est pas le cas, demandez une extension de garantie de votre assurance habitation, afin de le couvrir. Votre garage et les biens stockés seront ainsi couverts.

Si votre garage est situé à moins de 3 km de votre logement et selon l’assureur, il pourra généralement bénéficier des mêmes garanties.

Vous habitez dans une maison individuelle

VOTRE GARAGE COMMUNIQUE AVEC LE RESTE DE LA MAISON

Dans ce cas, votre garage est intégré dans votre assurance multirisque habitation. Il profite alors des mêmes garanties que votre logement (volincendiedégâts des eaux). Examinez tout de même les clauses de votre contrat car certains assureurs imposent des conditions particulières, comme de sécuriser la porte du garage.

VOTRE GARAGE N’EST PAS COLLÉ À VOTRE MAISON

Votre garage est alors considéré comme une dépendance par votre assureur. Si votre contrat actuel n’inclut pas la couverture des dépendances, optez pour une extension de garantie de votre contrat d’assurance habitation.

Quelles garanties pour mon garage?

Lors de votre souscription, vous devez indiquer sa superficie totale, ainsi que le type de biens que vous stockez dans votre garage. Ces informations permettent à votre assureur d’adapter vos garanties à vos besoins.

Lorsque vous souscrivez une assurance pour votre garage, elle doit inclure au minimum une responsabilité civile, afin d’indemniser des tiers en cas de dommages. Votre assureur vous proposera des garanties identiques à celles de votre assurance habitation (vol, incendie, dégâts des eaux).

Votre garage est donc assuré par votre multirisques habitation. Si vous ne l’avez pas déjà déclaré, pensez donc à le déclarer auprès de votre assureur. Pensez également à le déclarer à votre assureur auto, cela peut faire baisser votre assurance de quelques dizaines d’euros. Avec un mode de parking, votre voiture est en effet mieux protégée contre le risque de vol, de vandalisme… Des économies sont à la clé !

Qu’est-ce que le télétravail ?

Il ne faut pas confondre télétravail et activité professionnelle à votre domicile.

Vous êtes en situation de télétravail quand vous travaillez en dehors des locaux de votre entreprise avec le matériel de l’entreprise.

Votre contrat ou un avenant doit faire part du dispositif du télétravail. Votre employeur peut vous fournir une charte en plus de l’accord collectif qui encadre le télétravail (article L1222-9 du Code du travail)

Important : le télétravail est un acte volontaire et doit se faire dans de bonnes conditions.

Quelles sont les conditions pour faire du télétravail ?

Faire du télétravail se fait dans un cadre précis, c’est pour ça que votre employeur vous fournit une charte élaborée qui précise :

Ce n’est pas parce que vous êtes en télétravail que vous ne faites plus partie de l’entreprise. Votre employeur doit donc continuer à vous octroyer des congés, vos avantages sociaux, les formations…

Quels sont les avantages du télétravail ?

FLEXIBILITÉ DU TEMPS

Dans la grande majorité des cas, faire du télétravail peut offrir une grande flexibilité horaire voire totale.

Ainsi, vous pouvez répartir votre temps de la manière qui vous convient le mieux.

CONCILIATION DE LA VIE PROFESSIONNELLE ET FAMILIALE

Le télétravail permet également d’améliorer l’adaptation du travail à la vie de chaque personne.

Dans les cas où le collaborateur ne peut pas travailler à plein temps ou a des contraintes particulières, cela est une aubaine.

FLEXIBILITÉ GÉOGRAPHIQUE

Dans bon nombre des emplois exercés dans le cadre de ce dispositif, seuls un ordinateur et une connexion internet sont nécessaires pour pouvoir travailler. Vous pouvez exercer votre emploi depuis un bon nombre de lieu et d’être flexible.

Aussi, chacun peut adopter les conditions de travail qui lui sied le mieux : certains préfèrent être au calme dans une pièce adaptée de leur domicile, quand d’autres privilégient des espaces de co-working à l’ambiance plus détendue. C’est à vous de choisir l’endroit où vous pourrez le mieux faire votre travail.

ÉCONOMIE DE COÛTS ET DE TEMPS DE DÉPLACEMENT

Ce facteur est très important, surtout pour ceux qui vivent dans une grande ville ou travaillent loin de chez eux, car il permet d’économiser à la fois sur les frais de déplacement et sur le temps passé sur la route.

Quelle(s) assurance(s) pour couvrir le télétravail ?

JE SUIS SALARIÉ : 

Votre employeur doit souscrire une assurance pour couvrir tous les risques liés au télétravail : protection des biens professionnels en cas de dommages (vol, incendie…), protection des données sensibles et votre responsabilité civile professionnelle.

Il a l’obligation de vous fournir les mêmes droits que si vous travaillez au sein des locaux de l’entreprise. Il doit également prendre en charge les coûts liés à l’exercice de votre travail à distance c’est-à-dire l’aspect matériel (ordinateur, écran …), logiciels ou abonnements indispensables (téléphone, internet…).

Dans le cas d’une utilisation, à votre domicile, de vos biens personnels dans le cadre de votre activité professionnelle, il peut alors être nécessaire d’opter pour une couverture spécifique de ces biens. En effet, ceux-ci ne sont pas couverts par votre employeur.

N’oubliez pas d’informer votre assureur de la situation de télétravail. Il vous remettra ensuite une attestation indiquant qu’il a connaissance de cette information.

JE SUIS UN TRAVAILLEUR INDÉPENDANT À DOMICILE : 

Lors du lancement de votre activité et si vous travaillez depuis votre domicile, vous êtes dans l’obligation d’assurer :

Pour les activités professionnelles impliquant des marchandises, stocks ou de la production, n’oubliez pas de les inclure dans votre couverture.

Enfin, avant de prendre la décision de travailler de chez vous, renseignez-vous auprès votre propriétaire si vous êtes locataire ou de votre syndicat de copropriété. Ils pourraient alors vous demander de souscrire à une assurance spécifique.

JE SUIS UN TRAVAILLEUR INDÉPENDANT QUI TRAVAILLE DANS UN LOCAL

Vous devez souscrire une assurance multirisque professionnelle. Ainsi, elle protège à la fois le local pour l’exercice de votre activité mais aussi l’ensemble de votre matériel professionnel.

Systématiquement incluse dans ce type d’assurance une garantie responsabilité civile professionnelle couvre votre activité.

Qu’est-ce qu’une assurance responsabilité civile professionnelle ?

Contrairement à une garantie civile souscrite dans le cadre d’une assurance habitation classique, une garantie responsabilité civile professionnelle vous protège en cas de dommage causé dans le cadre de l’exercice de votre activité.

Vous pouvez la souscrire indépendamment de votre contrat d’habitation classique en tant que garantie optionnelle et couvrir ainsi votre responsabilité professionnelle.

Celle-ci peut servir en cas de dommage mettant en cause une tierce personne telle qu’un client. Vous percevez alors une indemnisation pour le préjudice subi.

Il est alors impératif de déclarer votre statut de travailleur indépendant depuis votre domicile ou un local séparé à votre compagnie d’assurance afin qu’elle prenne les dispositions nécessaires pour vous faire souscrire à une garantie responsabilité civile professionnelle.

Télétravail et assurance habitation chez AcommeAssure

L’ensemble des contrats d’habitation que nous proposons (Cosy ou TcommeToit) vous couvre dans le cadre du télétravail.

Votre employeur vous demandera un justificatif pour la couverture de votre logement.

Pour l’obtenir, rendez-vous  directement sur votre espace personnel ou contactez votre conseiller par mail.

Faire du télétravail doit se faire de manière conventionné par votre employeur. De votre côté, il est important de vérifier auprès de votre assureur les modalités prévues à votre contrat pour ce type de dispositif. Dans tous les cas de figure des assurances et couvertures spécifiques existent. Pensez donc à comparer.

Il permet d’assurer les biens de votre logement. Cette assurance comprend également des garanties responsabilité civile couvrant les dommages causés aux voisins, aux locataires, ainsi qu’aux tiers dans le cadre de la vie privée. Vous occupez ou non votre logement ? Fait-il partie d’une copropriété ? Selon votre situation, vos besoins en assurance ne sont pas les mêmes. Voici nos conseils.

Propriétaire occupant son logement

L’assurance multirisques habitation couvre les sinistres liés aux incendies, dégâts des eaux, explosions, vols sur les biens de votre logement. Elle couvre aussi, via la garantie la responsabilité civile, la réparation des dégats matériels et des dommages corporels causés.

Propriétaire non occupant

Vous n’occupez pas votre logement ? Nous vous conseillons tout de même de l’assurer en tant que propriétaire non occupant. Cela permet de garantir votre responsabilité en cas de vice de construction, de défaut d’entretien ou de trouble de jouissance, par des garanties  » recours des locataires  » et  » trouble de jouissance « .

EN CAS DE LOCATION DU LOGEMENT

Vous devez réaliser les réparations nécessaire dans le logement pour le garder en bon état pendant toute la durée du bail (sauf les réparations locatives). Votre responsabilité, en tant que propriétaire bailleur, peut être engagée si un sinistre est dû à un vice de construction ou à un défaut d’entretien. Mieux vaut donc prendre une assurance.
Vous avez aussi la possibilité de couvrir votre responsabilité envers les tiers et les voisins par la garantie  » recours des voisins et des tiers « .

EN CAS DE LOCATION MEUBLÉE

Vous souhaitez faire de la location de meublée. L’assurance « pour le compte de qui il appartiendra », vous permet d’assurer dans un seul contrat, votre logement, son contenu et ses responsabilités. Votre locataire est alors assurer pour les dommages causés à lui-même, ainsi qu’aux tiers et aux voisins. Cette formule est particulièrement adaptée pour les locations de courte durée (location de vacances, chambre pour étudiants…). Elle permet d’éviter de vérifier les assurances souscrites lors de chaque changement de locataire.

Vous pouvez aussi couvrir votre bien à l’année. Il s’agit de la garantie abandon de recours, dans laquelle vous et l’assureur vous engagez à ne pas intenter de recours contre votre locataire en cas d’incendie ou de dégâts des eaux. Cette mention est inscrite dans le contrat de location. La responsabilité du locataire vis-à-vis des tiers et des voisins n’est pas prévue dans cette assurance.
Ces deux solutions d’assurance sont régulièrement utilisées pour la location de meublée.

En cas de copropriété

En cas de copropriété, vérifiez d’abord les garanties souscrites au titre de l’assurance collective de l’immeuble pour choisir ensuite l’assurance complémentaire la plus adaptée. Cette assurance couvre généralement la totalité du bâtiment (parties communes et privatives), ainsi que les responsabilités encourues par le copropriétaire (par rapport aux locataires, aux voisins, aux tiers et à la copropriété).

Si l’assurance du syndic ne couvre que les parties communes, chaque copropriétaire doit assurer son logement. L’assurance multirisques habitation permet de garantir vos biens mobiliers personnels et d’avoir une assurance responsabilité civile.

Une garantie très couvrante

La garantie tous risques immobiliers vous couvre lorsqu’aucune de vos garanties ne peut vous intervenir. Elle est par exemple souvent utilisée à l’occasion d’événement précis : une tempête, un acte de vandalisme ou un affaissement de terrain.

CATASTROPHE NATURELLE – TEMPÊTE : QUAND LES VENTS NE SONT PAS ASSEZ VIOLENTS

La reconnaissance d’un état de catastrophe naturelle ou d’une tempête suppose des conditions assez strictes : par exemple des vents violents, de nombreuses personnes sinistrées ou encore des dégâts conséquents sur votre logement. Il arrive que vous ne rentriez pas dans les conditions et que vous ne soyez donc pas indemnisé. C’est là que la protection tous risques immobiliers intervient. En général, elle couvre :

VANDALISME : GRAFFITIS ET TAGS SUR LES FAÇADES OU LES CLÔTURES

Votre garantie vandalisme ne couvre pas toujours les dégradations extérieures à votre habitation. De plus, elle n’est pas présente dans toutes les formules. Vous ne l’avez pas ou elle ne peut fonctionner ? Le plus souvent, votre garantie tous risques immobiliers vous dédommage ainsi pour :

A L’INTÉRIEUR DE VOTRE LOGEMENT : POUR LES DÉGÂTS ACCIDENTELS

En général si votre lustre est détruit par un incendie ou un dégât des eaux, votre assurance habitation le rembourse. C’est une toute autre histoire s’il s’est décroché accidentellement. C’est là que votre protection couteau suisse entre en scène. Voici quelques exemples de cas dans lesquels elle peut agir :

Quand votre protection fait défaut

Même si la garantie tous risques immobiliers est très couvrante, elle n’agit pas dans tous les cas. Soyez attentif aux exclusions avant de signer votre contrat. Ce sont les situations dans lesquelles votre assurance ne vous couvre pas.

VOUS EFFECTUEZ DES TRAVAUX DE GROS OEUVRE DANS VOTRE LOGEMENT

Vous modifiez la structure de votre maison et il y a des dégâts collatéraux ? En général, votre garantie tous risques immobiliers n’intervient pas, même si les travaux sont effectués par un professionnel. Elle considère, en effet, que vous auriez dû prendre une assurance dommages ouvrages pour couvrir ce risque. C’est souvent la même chose si vous effectuez des travaux de mise aux normes, de désamiantage ou de déflocage d’éléments contenant du plomb.

VOTRE HABITATION EST MAL ENTRETENUE OU INVESTIE PAR DES MICRO-ORGANISMES

Généralement, vous n’êtes pas non plus protégé si les dégâts sont causés par :

Une protection avantageuse pour les propriétaires

La garantie tous risques immobiliers est surtout intéressante si vous êtes propriétaire ou propriétaire non occupant. Elle l’est aussi si vous louez un gîte ou des chambres d’hôtes. En effet, vous avez la charge de l’extérieur de votre logement, de votre jardin, de votre piscine, de vos dépendances ou encore de vos équipements d’énergie renouvelable. Ce qui n’est pas le cas d’un locataire.

 

En choisissant cette protection efficace, vous couvrez l’ensemble de votre chez-vous dans de nombreuses situations. Le surcoût pour l’acquérir est modique : entre 10 et 20 euros par an selon les assureurs. Certains réservent même cette possibilité aux seuls propriétaires.

Besoin d’une assurance habitation tous risques immobiliers ?

Les dégâts des eaux, incendies ou encore catastrophes naturelles sont des risques couverts par l’assurance habitation de votre locataire. Cependant, il y a des cas où ça ne suffit pas à bien protéger le bien immobilier.

Quelques cas concrets où l’assurance propriétaire non occupant (PNO) peut s’avérer utile :

Votre habitation est inoccupée

Si personne n’habite plus votre maison, il n’y a personne pour souscrire l’assurance multirisque traditionnelle. Entre deux locations, une habitation vacante n’est pas protégée. Une tempête, un incendie… et vous devrez payer les dégâts vous-même.

Votre locataire n’est pas ou plus assuré

Votre locataire doit obligatoirement souscrire une garantie multirisque habitation (MRH). Il doit vous présenter une attestation à la signature du bail puis à chaque échéance annuelle. Depuis mars 2014, la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) limite les cas de non-assurance. Elle vous autorise à souscrire un contrat pour le compte du locataire qui ne fournirait pas l’attestation. Vous pouvez ensuite répercuter ce coût sur les loyers.

Attention, cela ne signifie pas que l’assurance pour propriétaire bailleur soit devenue inutile. Elle intervient en effet dans des situations non couvertes par celle du locataire.

La multirisque ne couvre pas le sinistre

L’assurance multirisque habitation de l’occupant ne couvre pas tous les dommages. L’assurance propriétaire non occupant (PNO) va par exemple couvrir un dégât des eaux causé par l’éclatement d’une canalisation, garantie non couverte normalement.

Votre occupant n’est pas mis en cause dans le sinistre

La toiture, les murs extérieurs ou le portail sont endommagés par un sinistre ? La garantie multirisque habitation ne va pas s’appliquer pour autant. En effet, elle ne couvre que ce que l’on appelle les risques locatifs. Il s’agit généralement de l’intérieur de l’habitation, des meubles et des effets personnels de votre occupant. Par exemple, si des tuiles se détachent du toit ou que votre abri de jardin est victime de vandalisme, le prix des réparations vous incombera certainement. Faute de protection, tous les frais sont à votre charge. Sauf si vous êtes dans une copropriété qui en a pris une.

Que couvre l’assurance propriétaire bailleur ?

Votre assurance PNO comprend des garanties fondamentales pour votre protection : la responsabilité civile et la couverture des aménagements extérieurs à l’habitation. Si vous louez des meublés, vous pouvez également assurer votre mobilier.

Votre responsabilité civile

La garantie responsabilité civile du propriétaire vous couvre pour les dégâts que vous pourriez causer à autrui. C’est notamment le cas si les dommages découlent d’un vice de construction ou d’un défaut d’entretien de votre part. Admettons que vous ayez omis de faire réparer votre toit après une tempête alors que les tuiles sont instables. Si l’une d’elles se détache et vient briser la vitre-avant du véhicule de votre voisin, votre assurance l’indemnise.

Même chose si vous causez un trouble de jouissance à votre locataire ou au voisinage. Par exemple, si un dégât des eaux rend inutilisable sa chambre, votre assurance peut parfois trouver une solution pour son relogement temporaire.

Enfin, vos droits sont défendus si un tiers vous attaque. Par exemple, si votre voisin vous assigne en justice parce que l’incendie de votre logement s’est propagé au sien, votre assurance vous couvre. La plupart des assureurs proposent systématiquement cette garantie défense-recours. Veillez bien à sa présence dans le contrat et à son périmètre.

Vos aménagement extérieurs

Nous vous conseillons d’opter pour le remboursement à la valeur à neuf. Vous paierez votre assurance un peu plus cher mais vous ne serez pas démunis face à un sinistre de grande ampleur. S’il y a un jardin, une piscine ou des dépendances, mentionnez-les bien à votre assureur lors de la souscription de votre contrat. Ajoutez aussi la garantie tous risques immobiliers. Elle est très protectrice et intervient quand les autres garanties font défaut.

Vos meubles

Vous louez un logement intégralement meublé ? Veillez bien à protéger vos biens mobiliers : les meubles, l’électroménager, l’installation électrique ou la chaudière. Bien souvent, votre locataire aura seulement déclaré ses effets personnels à son assureur sans inclure les vôtres dans le montant. Si un incendie ou une surtension électrique endommagent la chaudière ou que votre table basse est victime d’un vol, leur coût de remplacement reste à votre charge.

Combien ça coûte ?

L’assurance PNO est bon marché, environ moitié moins chère qu’une multirisque habitation (elle ne couvre notamment pas les biens mobiliers). De plus, les cotisations peuvent être défiscalisées.

Références :

Types de sinistres assurance habitation

Peu importe que vous habitiez dans une maison ou un appartement, que vous soyez propriétaire, locataire ou propriétaire bailleur, votre bien peut être touché par un sinistre. Découvrez quels sont les risques les plus répandus couverts par votre assurance habitation.

ASSURANCE HABITATION : COMMENT ÊTRE REMBOURSÉ POUR CAMBRIOLAGE ?

Le cambriolage fait partie des sinistres les plus courants. Une fois le vol constaté, quelles sont les démarches à accomplir pour se faire indemniser par votre assureur ?ASSURANCE CAMBRIOLAGE

ASSURANCE HABITATION BRIS DE GLACE : QUEL FONCTIONNEMENT ?

Moins traumatisant qu’un cambriolage ou un incendie, le bris de glace peut cependant causer de graves dommages à votre bien. Comment se faire rembourser au plus vite pour éviter que les choses n’empirent ?ASSURANCE BRIS DE GLACE

ASSURANCE HABITATION : SE FAIRE REMBOURSER POUR INCENDIE

Un incendie peut gravement endommager vos biens voire même détruire complètement votre logement. Dans ce cas-là, il est nécessaire de réagir au plus vite en faisant jouer son assurance multirisque habitation.

ASSURANCE INCENDIE

ASSURANCE DÉGÂTS DES EAUX : DÉMARCHES

Peu importe que vous soyez responsable ou que cela soit de la faute de votre voisin, un dégât des eaux fait partie des sinistres habitation les plus fréquents. Comment faire jouer l’assurance au plus vite ?

ASSURANCE DÉGÂTS DES EAUX

ASSURANCE HABITATION ET INONDATIONS ?

Votre maison est victime des inondations ? Soyez rassuré, votre assurance habitation couvre ce genre de risques. Mais comment procéder pour faire jouer la garantie correspondante et être indemnisé au plus vite ?

ASSURANCE INONDATION

ASSURANCE HABITATION ET OURAGAN : COMMENT PROCÉDER ?

Des vents violents, des grêlons ou des chutes de neiges sont tombés sur votre maison ? C’est le moment de faire jouer la garantie tempête qui vous permettra d’être remboursé pour les dégâts subis par votre assureur.

ASSURANCE CATASTROPHE

Ramoner votre cheminée : est-ce obligatoire ?

Les cheminées et inserts doivent être généralement ramonés deux fois par an, dont une fois durant l’hiver. Cette obligation est fixée par le RSDT (Règlement Sanitaire Départemental Type) de votre lieu de résidence.

Qui est responsable de l’entretien de la cheminée ?

L’entretien doit être effectué par l’utilisateur de la cheminée.

Vous êtes locataire ? Le ramonage est une charge locative qui vous revient.

Vous êtes propriétaire ?

Combien coûte un ramonage ?

Le coût du ramonage varie selon les régions. Donc n’hésitez pas à demander plusieurs devis. Une fois que vous aurez effectué l’entretien de votre équipement, demandez au professionnel de vous fournir un certificat de ramonage. Vous devrez le conserver pendant deux ans pour attester de la visite. En cas de sinistre, ce document fera partie des pièces à fournir à l’assureur.

Vous avez une cheminée : comment êtes-vous assuré ?

Que couvrent les garanties de votre contrat ?

Les cheminées et les poêles à bois sont couverts par la garantie incendie de votre contrat d’assurance habitation. Vous devez donc les déclarer auprès de votre assureur.

La garantie incendie couvre les biens qui se trouvent dans votre logement lors de l’incendie, ainsi que le bâtiment. Vos objets de valeur sont également pris en compte dans cette garantie dans la limite du montant fixé au contrat.

Votre garantie de responsabilité civile couvre les dommages causés aux autres. Cette garantie change selon que vous soyez locataire, propriétaire occupant ou non.

Si l’incendie se propage chez vos voisins, votre assurance fonctionne aussi. Selon votre contrat d’assurance habitation, des garanties supplémentaires, comme la prise en charge des frais de relogement ou la perte de loyers peuvent être pris en charge par l’assurance.

Lors de la pose d’un insert, il est primordial de s’assurer à la fois pour la responsabilité contractuelle et en garantie décennale. Pensez à vérifier avec votre assureur que les montants assurés sont suffisants en cas de destruction d’une habitation par un incendie.

Quelles sont les conditions pour être couvert en cas d’incendie ?

En cas d’incendie, vous devez fournir le certificat attestant qu’un professionnel a ramoné votre cheminée. Si vous ne l’avez pas, le montant de votre indemnisation pourrait être fortement diminué, voire refusé.

L’obligation de passer par un professionnel peut porter sur le ramonage, mais aussi sur l’installation de votre cheminée ou poêle à bois. Ces conditions doivent être mentionnées dans votre contrat d’assurance habitation.

Par ailleurs, tous les logements doivent être équipés d’un ou plusieurs détecteurs d’incendie depuis le 8 mars 2015.

Que faire après un incendie ?

Déclarez le sinistre à votre assureur dans les 5 jours ouvrés suivant l’incendie. Il vous précisera les éléments nécessaires pour obtenir une indemnisation.

Des questions ? Besoin d’aide pour choisir votre assurance habitation ? Contactez un de nos conseillers au 02 30 06 00 60.

Qu’est ce qu’une chambre d’hôte ?

Une chambre d’hôte est une chambre meublée chez l’habitant, en appartement ou maison, proposée pour une ou plusieurs nuits. Cette location peut être assortie de services (au minimum le petit-déjeuner et la fourniture du linge de maison) et doit respecter certaines obligations : l’affichage des prix, respecter certaines conditions d’accueil, avoir une immatriculation ou encore l’affiliation à la Sécurité sociale.

La capacité d’accueil du logement est limité à 5 chambres et à 15 personnes hébergées en même temps. Au delà, l’exploitant devra se conformer à la réglementation qui régit les hôtels et les établissements recevant du public.

Comment déclarer votre activité ?

Exploiter une chambre d’hôte à l’année ou en saison constitue une activité professionnelle qui doit être déclarée et respecter certaines obligations légales. En effet, la réglementation et plus précisément les obligations en matière d’assurance se sont durcies face au développement de ce nouveau type de tourisme.

La première chose à faire au démarrage de cette activité est de la déclarer en mairie. Cette déclaration doit indiquer :

Ce formulaire de déclaration peut être soit retiré en mairie ou alors à télécharger.

⚠️ L’absence de cette déclaration peut être sanctionnée par une amende de 450 €.

L’hébergeur, quel que soit le revenu dégagé par son activité, se doit de s’inscrire au RCS ou de s’immatriculer auprès du CFE de la chambre de commerce.

Si cette activité est exercée sur une exploitation agricole par son exploitant, elle est considérée comme un complément de revenu de l’activité principale. Les loueurs sont alors tenus de s’immatriculer auprès du CFE de la chambre d’agriculture.

En revanche, pour les retraités ou les personnes pour qui héberger des visiteurs est occasionnel, aucune immatriculation n’est nécessaire.

La déclaration auprès de votre assureur

Votre habitation principale, couverte par une assurance multirisque habitation (MRH) est maintenant un lieu d’hébergement touristique. Votre contrat d’assurance ne couvre pas tous les risques associés à cette activité : intoxication alimentaire, vol des affaires dans l’hébergement, glissade en bord de piscine.. Il convient donc d’en informer votre assureur.

Choisir la bonne formule

Lorsque l’activité d’hébergement est occasionnelle et ne concerne qu’une chambre, une simple souscription à une extension des garanties de votre contrat d’assurance habitation existant suffit. Cet avenant à votre contrat vous permettra à minima de faire jouer votre Responsabilité Civile en cas de sinistres. Elle vous sera utile si l’un de vos clients a un accident ou que vous causez un dommage à un tiers.

Si le nombre de chambre est plus important ou qu’il s’agit d’une activité professionnelle sur le long terme, il est fortement recommandé de souscrire une assurance spécifique. Elle sera adaptée aux spécificités de votre logement et vous couvrira des risques inhérents à votre activité tels que :

Comment la choisir ?

Élément le plus important : le coût de votre mobilier. La déclaration de cette somme vous aidera dans le choix de votre assurance. Vous avez égaré la facture de votre secrétaire Louis XV ? Appuyez-vous sur un expert ou un antiquaire. Il vous aidera à évaluer votre capital mobilier. Avec ce montant, regardez les plafonds d’indemnisation de votre assurance. Choisissez un chiffre supérieur ou égal au montant de vos biens. Certains assureurs vont jusqu’à plusieurs dizaines de millions d’euros.

Vous souhaitez préserver les biens de vos hôtes ? Choisissez de couvrir leurs bagages, effets personnels et véhicules contre le vol lorsqu’ils séjournent chez vous. Cependant, gardez à l’esprit qu’ils ne seront pas protégés dans toutes les situations. Le vol de leur carte bancaire, de leurs bijoux ou de leur téléphone portable est en général exclu du contrat d’assurance.

Le choix de votre contrat dépendra aussi des activités que vous proposez. Sont-elles risquées ? En plus des chambres, proposez-vous à la location des barques ou vélos ? Protégez-vous contre les dommages corporels de vos clients et les vols et dégradations potentiels sur vos biens.

Il existe par ailleurs des clauses d’extensions de l’assurance habitation couvrant des risques particuliers comme la perte d’activité.

Vos pertes financières

Votre activité vous rapporte peu d’argent ? Ajoutez une garantie pertes financières à votre responsabilité civile. Elle est souvent comprise dans les packs ou les options chambres d’hôtes proposés par les assureurs. Vous subissez une catastrophe naturelle, un incendie, un dégât des eaux ? Si cet accident vous empêche d’accueillir vos hôtes votre assurance vous dédommage, en partie. Plusieurs éléments pèsent dans la somme que l’assureur vous verse :

Comme toujours, le mieux est de recourir à un comparateur d’assurances : quelles sont les différentes garanties ? La franchise appliquée ? Et faites jouer la concurrence.